Accès membres et assureurs

Trouver un thérapeute

Recherche avancée

  • Massothérapie
  • Kinésithérapeute
  • Orthothérapeute
  • Naturothérapeute

Heures d'affaires

Lundi L
Mardi M
Mercredi M
Jeudi J
Vendredi V
Samedi S
Dimanche D
AM
PM
Soir
    

Blogue

Ce que j’aurais aimé qu’on me dise avant de devenir massothérapeute

24 janvier 2018  |   écrit par Marie-Ève Soucy  |

Partager

Quand on décide de se lancer dans une carrière, on ne sait pas nécessairement à quoi s’attendre; l’école ne reflète pas toujours la réalité quotidienne du milieu professionnel.

J’ai consulté plusieurs collègues thérapeutes afin de recueillir leurs impressions sur le métier. Nous en sommes arrivés à 9 faits généraux qu’une personne devrait savoir avant d’entreprendre des études en massothérapie.

1. Un horaire instable

Même si vous créez votre horaire selon vos disponibilités, celui-ci sera quand même dirigé par la clientèle. Attendez-vous à avoir des rendez-vous de dernière minute, donc à ne pas connaître votre horaire d’avance et à avoir des plages libres entre vos clients. Un horaire bien rempli, selon vos désirs, ça se bâtit avec le temps en forgeant sa clientèle.

Cela peut être positif si vous n’aimez pas la routine. C’est aussi un avantage de choisir ses disponibilités lorsque vous êtes à votre compte ou si votre employeur vous le permet.

horaire instable - Blogue du Réseau

2. Un salaire variable

Comme l’horaire est irrégulier, le revenu va varier en fonction du nombre de clients vus dans une semaine. Si vous avez une famille ou des engagements financiers, il est important de réfléchir à un plan de match. Cela peut aussi vouloir dire combiner plus d’un emploi ou travailler pour différents employeurs.

De plus, à moins d’avoir l’énergie de 3 bombes atomiques, il n’est pas possible d’exercer 40 heures de massage par semaine. Un(e) thérapeute considéré(e) à temps plein fera environ entre 15 et 30 massages par semaine. Ce chiffre dépend des disponibilités, de l’achalandage et surtout, de la capacité physique du ou de la thérapeute.

Attention : cela ne représente pas que 15 à 30 heures de travail, puisqu’il faut compter le questionnaire santé et le suivi avec le client, le temps de transition entre chaque séance, les pauses dîner, les plages horaires non comblées, la literie, la comptabilité, etc.

Alors, rappelez-vous que le salaire offert pour un soin de 60 ou 90 minutes ne représente pas un salaire horaire.

Salaire variable - Blogue du Réseau

3. Un travail diversifié

Surprise : en devenant massothérapeute, vous n’aurez pas seulement à faire que de la massothérapie!

Si vous souhaitez bâtir une clientèle, vous devrez aussi toucher au marketing et aux médias sociaux. De plus, pour garantir que votre pratique soit prospère, vous devrez fidéliser votre clientèle. Il ne faut pas oublier que la compétition est forte et qu’une clientèle fidèle se bâtit sur plusieurs années. En étant travailleur autonome, vous devrez également gérer vos finances et aborder des notions de comptabilité.

Si vous avez ces tâches en horreur, vous pouvez toujours choisir le statut d’employé pour un spa, une clinique ou un centre qui s’occupera de l’aspect financier et du recrutement de la clientèle. Par contre, sachez que certains employeurs seulement offrent le statut d’employés.

Un travail diversifié - Blogue du Réseau

4. Une variété de statuts professionnels

Un thérapeute peut avoir un statut de travailleur autonome indépendant (entreprise individuelle), de travailleur autonome au sein d’une entreprise ou de salarié. Chaque statut a ses avantages et ses inconvénients.

Travailleur autonome indépendant

Ceci s’applique lorsque vous êtes propriétaire ou locataire d’un espace pour recevoir de la clientèle ou lorsque vous recevez à la maison. En d’autres mots, vous êtes responsables de toutes les dépenses, telles que le matériel, la location de salle ou les frais de publicité, par exemple. En revanche, tous les profits vont dans vos poches.

Travailleur autonome indépendant blogue du Réseau
Travailleur autonome au sein d’une entreprise

Il est bon de savoir que la majorité des centres et cliniques fonctionnent de cette manière. Vous aurez un statut de travailleur autonome, mais vous travaillerez pour un ou plusieurs employeur(s), considéré(s) ici comme un «client». Selon vos ententes, ce dernier fournira généralement tout le matériel nécessaire à votre pratique.

Travailleur autonome au sein d’une entreprise - Blogue du Réseau
Ce statut de travail est pour le moins complexe et certaines entreprises ont parfois le réflexe d’appliquer des règles conçues pour le statu de salariés aux travailleurs autonomes par manque de connaissance ou de ressources. Si c’est le type d’entente que vous propose un employeur, vous n’avez qu’à vous assurer que si vous devez assumer les contraintes du statut de travailleur autonome, vous bénéficier également de ses avantages!

Un des casse-têtes revient aussi sur la question des taxes. Au-delà de 30 000$ de revenu, vous devez vous inscrire aux fichiers de la TPS et TVQ, et les charger aux clients. Sujet délicat qui demande l’assistance d’un professionnel des finances pour ne pas avoir de mauvaises surprises à la fin de l’année. Une discussion avec son employeur peut s’avérer pertinente également.

Employé salarié

Le statut de salarié est le plus simple lorsque vous travaillez pour une entreprise, mais le plus rare. Les entreprises qui l’offrent sont souvent de grands spas ou cliniques achalandées, et ce, seulement après plusieurs mois de probation.

Employé salarié - Blogue du Réseau

5. Une variété d’employeurs

Si vous décidez de travailler pour une entreprise, sachez que chaque centre a une approche différente envers sa clientèle.

Certains endroits privilégieront la quantité de soins, avec un minimum de suivi avec le client. Ce sont généralement de grands spas dont la clientèle n’est pas vraiment régulière, puisqu’il s’agit d’une sortie occasionnelle. Les soins donnés seront plus orientés vers la détente, ce qui peut être moins drainant physiquement que des soins thérapeutiques. D’un point de vue financier, cette approche permet aussi de voir plus de clients dans une journée.

D’autres endroits prôneront un suivi plus complet avec le client. Vous aurez le temps de vous asseoir et de discuter du soin. Ces cliniques spécialisées sont orientées vers des soins thérapeutiques, qui peuvent demander plus d’énergie, mais vous permettent d’avoir une approche complète avec votre clientèle.

Songez à ce qui vous convient le plus et quel type de thérapeute vous désirez être avant d’aller porter votre curriculum vitae!

Une variété d’employeurs - Blogue du Réseau

6. Le cours de base peut-être insuffisant

Certains employeurs exigeront deux à trois techniques. Le cours de 400 heures ne sera donc peut-être pas suffisant selon l’endroit où vous désirez pratiquer.

Deux options s’offrent à vous:

  1. Réaliser une formation avancée en massothérapie;
  2. Réaliser des cours de spécialité (en moyenne 30 heures par technique) pour compléter votre formation.

Pour la liste des techniques reconnues par le Réseau, cliquez ici.

Le cours de base peut-être insuffisant - Blogue du Réseau

7. Un travail physique

Ok. Vous saviez sans doute déjà que c’est un travail physique. Par contre, plusieurs thérapeutes constatent qu’il est difficile de suivre la même cadence d’année en année.

Même si vous suivez les techniques enseignées lors de votre formation afin de ménager votre dos et vos articulations, il est normal de ressentir de la douleur après plusieurs heures de soin. Ainsi, il sera important de ne pas oublier ce que plusieurs font: prendre soin de vous!

Ne soyez pas un cordonnier mal chaussé. Faites-vous traiter autant que possible, prenez des pauses et faites de l’exercice et de la musculation. Il en va de la longévité de votre carrière.

Un travail physique - Blogue du Réseau

8. Des préjugés face à la profession

Malgré que la profession soit de plus en plus reconnue et répandue au Québec, oui, vous aurez encore droit à des commentaires désobligeants de la part des gens. Que ce soit une remise en question de votre expertise ou des commentaires à caractère sexuel. Vos cours et votre association professionnelle pourront vous outiller, au besoin, pour répondre à vos détracteurs et défaire leurs idées préconçues.

9. Un métier valorisant

Après toutes ces mises en garde, nous devons vous donner l’information la plus importante de toutes; être massothérapeute, c’est un métier très valorisant. Sentir que l’on soulage des gens, qu’on leur procure un moment de détente précieux, cela donne un sens à l’énergie que nous mettons dans notre travail.

La massothérapie est un métier de proximité avec les gens. Les thérapeutes deviennent parfois des confidents naturels et contribuent à briser l’isolement.

C’est aussi un métier instinctif et créatif. Vous évoluerez en tant que thérapeute, vous développerez votre style et c’est pour cela que votre clientèle vous aimera et vous sera fidèle. Le plus beau compliment que vous pourrez recevoir, c’est lorsque vos clients vous diront qu’ils ne jurent que par vous!

 

Partager

Vous aimerez aussi...

Le retour au travail après une longue absence

08.juil.2020

La gestion des ressources humaines

30.avr.2020

Les essentiels dans une salle de massothérapie

22.avr.2020

Marie-Ève Soucy

Marie-Ève Soucy œuvre dans le milieu des communications et du marketing depuis 2009. Massothérapeute depuis 2010, elle exerce ce deuxième métier à temps partiel. La proximité avec sa clientèle et le lien de confiance qu’elle établit est un complément important et nécessaire à sa carrière. À l’affût des médias sociaux et du marketing en ligne, elle est passionnée par le côté entrepreneurial que doit développer un thérapeute à son compte et souhaite simplifier et vulgariser le marketing local pour les petites entreprises. Avec ses articles de blogue, elle désire surtout apprendre aux massothérapeutes comment utiliser les ressources numériques à leur disposition afin de faire connaître et rayonner leur entreprise.

Mes articles

Commentaires

  1. Marie-Claude Leclerc dit :

    Bonjour,

    J’aimerais avoir quelques notions de massothérapie. Etre massothérapeute, peut devenir une option.
    Pour l’instant, j’aimerais avoir des notions afin d’avoir une idée si j’aime ou pas cette option.

    Je demeure près de Montmagny, quel est la meilleure école ou endroit pour apprendre le plus près. A Lévis, Lapocatière ou Québec???

  2. Mon Réseau Plus dit :

    Bonjour Mme. Lecler, nous vous invitons à consulter notre page sur les maisons d’enseignement en massothérapie reconnues pour trouver les écoles qui se trouvent dans votre région. Vous pouvez contacter les écoles afin d’en connaître davantage sur les différents programmes et techniques qu’elles offrent.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos articles de blogue par courriel

Je suis massothérapeute