Accès membres et assureurs

Trouver un thérapeute

Recherche avancée

  • Massothérapie
  • Kinésithérapeute
  • Orthothérapeute
  • Naturothérapeute

Heures d'affaires

Lundi L
Mardi M
Mercredi M
Jeudi J
Vendredi V
Samedi S
Dimanche D
AM
PM
Soir
    

Démystifier la sciatalgie

écrit par Philippe-Olivier Jasmin
11 décembre 2014

Avec une popularité fulgurante, le nerf sciatique est probablement l’un des rares nerfs dont votre client puisse connaître le nom. Avec une telle notoriété, nous devons nous attendre à ce qu’une certaine confusion l’entoure. Malgré qu’il s’agisse d’une pathologie commune, tout mal de dos n’est pas nécessairement une de ses manifestations.

La sciatalgie est la grande sœur de la cervicobrachialgie. Même si toutes deux démontrent un modus operandi très similaire, elles diffèrent dans leurs approches. Contrairement à sa sœur cadette qui maintient une certaine subtilité en se dissimulant rapidement sous d’autres pathologies engendrées par prédisposition, la sciatalgie reste fière et arrogante alors que les symptômes référés demeurent habituellement incapables de nous distraire des symptômes locaux. Un éléphant dans une boutique de porcelaine.

Définition de la sciatalgie

Comme il s’agit d’une névralgie, la sciatalgie implique la compression ou l’irritation d’un nerf, le sciatique. Les symptômes névralgiques typiques se manifestent alors, dont possiblement des engourdissements, une perte de force et une douleur le long du trajet du nerf et à ses points d’émergence.

Le lieu de l’irritation sépare la pathologie en deux grandes catégories : une compression à la racine nerveuse ou dans la hanche. Malheureusement, par prédispositions ou phénomènes compensatoires, il est commun que l’une de ces deux situations entraîne l’autre.

Cause simple : une compression à la racine

La première cause pince le nerf directement à sa source à la racine nerveuse, habituellement aux nerfs spinaux L4 ou L5, donc au-dessus et en dessous de la cinquième vertèbre lombaire.

Bien qu’un blocage ou un dérangement intervertébral mineur (DIM) de la quatrième vertèbre lombaire (L4) puisse être l’origine de la pathologie, la cinquième vertèbre lombaire (L5) plaide habituellement coupable. Comme elle subit le poids du rachis et que la surface du sacrum sur laquelle elle repose s’incline vers l’avant, elle est prédisposée à bloquer ou glisser en antérieur. Il suffit, par exemple, d’une accumulation de tensions musculaires, d’un spasme ou d’un trauma pour engendrer le DIM.

Notons qu’une hernie discale à ce niveau de la colonne peut engendrer une sciatalgie si le bombement affecte le sciatique.

Cause simple : une compression à la hanche

La deuxième cause coince le nerf un peu plus loin dans la hanche alors qu’un pyramidal (ou piriforme dépendamment de la nomenclature que vous privilégiez) problématique le comprime. Puisque celui-ci fait partie des pelvi-trochantériens, il joue un rôle majeur dans le maintien d’une stabilité dans la hanche et au niveau postural. Par exemple, il est donc fréquent qu’il devienne problématique dans les cas où le client passe de longues heures debout ou dans les cas d’instabilité latérale où le client manifeste l’habitude de transposer tout son poids sur un seul côté en position statique.

 

 

Causes moins simples

Les causes plus complexes reviennent toujours indirectement aux deux causes simples.

  • Une hyperlordose amène un stress supplémentaire, entre autres, à L5-S1.
  • Un psoas problématique peut aisément bloquer L4-L5.
  • Passer de longues heures assis, le bas du dos qui roule avec les fesses loin du fond de la chaise consiste en une excellente façon de bloquer L4 et L5 (et les sacro-iliaques).
  • Comme la santé d’une articulation dépend de celle qui la précède, des tensions affectant le sacrum peuvent envenimer la L5. Un pyramidal (ou piriforme) contracté peut, en plus de comprimer le sciatique, tirer excessivement sur le sacrum. De même, un déséquilibre du bassin bloquant les sacro-iliaques peut tout aussi bien affecter le sacrum pour ensuite influencer L5.
  • Une problématique aux membres inférieurs peut tout aussi bien être un symptôme de la sciatalgie qu’une cause indirecte.

Rappelons-nous que la sciatalgie reste tout aussi conspiratrice que sa sœur la cervicobrachialgie. Comme toute névralgie, elle prédispose les régions affectées au développement d’autres pathologies, mais en plus, les tensions engendrées peuvent utiliser les chaînes musculaires pour remonter le long du rachis et générer des problèmes plus haut. Bien qu’il puisse être tentant de porter son attention sur toute cette porcelaine en morceaux, ne laissez pas la pathologie user de subterfuge pour vous distraire de l’éléphant dans la pièce.

Bons traitements!

Consultez la fiche professionnelle de Philippe-Olivier Jasmin

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Recevez nos articles de blogue par courriel

Je suis massothérapeute