Accès membres et assureurs

Trouver un thérapeute

Recherche avancée

  • Massothérapie
  • Kinésithérapeute
  • Orthothérapeute
  • Naturothérapeute

Heures d'affaires

Lundi L
Mardi M
Mercredi M
Jeudi J
Vendredi V
Samedi S
Dimanche D
AM
PM
Soir
    

Blogue

Et si votre cou causait ces maux de tête chroniques?

10 septembre 2014  |   écrit par Philippe-Olivier Jasmin  |

Partager

Article du Réseau des massothérapeutes professionnels du Québec publié dans le magasine les Nouvelles esthétiques spa du mois de mars 2014.

Pour la troisième fois cette semaine, vous vous éveillez un merveilleux matin avec l’impression qu’on joue du marteau-piqueur dans votre crâne. Pourtant, vous n’avez pas reçu de coup à la tête, votre pression artérielle se porte de manière excellente et vous n’avez pas fait de votre foie un martyr avec un abus alimentaire la veille. Vous n’êtes pas sous médication, vos hormones ne sont pas sur un pied de guerre et, si vous êtes de la gent féminine, vous n’êtes pas en période de menstruations.

Pourtant, cette agonie n’est pas le fruit de votre imagination. L’investigation n’est simplement pas fait au bon endroit : une grande majorité des céphalées chroniques proviennent d’une spondylopathie, c’est-à-dire une pathologie au niveau des vertèbres cervicales. Bien souvent, elle se traduit en un dérangement intervertébral mineur (DIM).

Le cou et les maux de tête chroniques - Blogue du Réseau

Les nerfs

Les tensions musculaires et les blocages vertébraux au niveau cervical sont fréquents et peuvent causer une pression sur une racine nerveuse. Cette névralgie peut à son tour causer un mal de tête.

De façon générale, les nerfs de la tête sont crâniens. Ils émergent directement du cerveau et du tronc cérébral sans passer par la moelle épinière et la colonne vertébrale. Il y a cependant quelques intrus. Des nerfs rachidiens cervicaux qui, au lieu de descendre plus bas, remontent à la tête. Par exemple, le nerf grand occipital, communément appelé le nerf d’Arnold, est un nerf rachidien qui émerge du haut de la colonne vertébrale pour remonter derrière le crâne. Si une de vos vertèbres cervicales bloque et pince votre nerf, la douleur qui parcourra son trajet peut dégénérer en mal de tête.

La tension artérielle

Le cerveau étant extrêmement énergivore, son segment nécessite d’être vascularisé par un réseau sanguin à la hauteur de ses besoins. Une modification significative à l’afflux sanguin déclenche une réaction douloureuse pour amener l’attention du système sur le problème. Comme l’artère vertébrale traverse un tunnel à l’intérieur des vertèbres cervicales pour se faufiler vers la tête, modifier la position d’une vertèbre peut avoir un impact sur l’artère. Dans le cas où le vaisseau sanguin subit une compression, la tension artérielle sera localement augmentée entrainant des symptômes de haute pression sanguine au niveau de la tête. Si l’artère est suffisamment atteinte pour subir une diminution de son débit sanguin, la pression sera plutôt localement diminuée. Dans les deux scénarios, il y a généralement présence de maux de tête et d’autres symptômes donnant l’illusion d’un trouble de pression sanguine alors que le tensiomètre indique que tout est normal.

La tension artérielle - Blogue du Réseau des massothérapeutes

Tensions musculaires

Il est possible que la pathologie cause des maux de tête sans évoluer en spondylopathie. Avec la multitude de tendons s’attachant à la base du crâne, appelé occiput, il est fréquent que la douleur provenant d’une forte tension musculaire évolue en céphalée avant même d’engendrer une spondylopathie.

Conseils et prévention

Puisqu’une majorité de clients qui se présentent en clinique et expriment des maux de tête manifestent des pathologies cervicales, il serait adéquat de masser le cou pour tenter de diminuer les symptômes à la tête. L’étirement de la musculature cervicale, son renforcement ou son entretien peut être de mise. De même, l’aspect postural ne peut être négligé. La région du cou étant grandement influencée par votre état de stress, développer une méthode pour le gérer pourrait vous éviter bien des difficultés. Effectuer des exercices de respiration pour apaiser la musculature de respiration accessoire au niveau du cervical pourrait également vous être bénéfique.

Les céphalées figurent parmi les symptômes des plus ambigus. Nous ne pouvons mettre de l’ordre dans la complexité de cette équation en ne considérant que la tête. Quand le marteau-piqueur s’emballe dans une furie, nous pouvons tenter de trouver une manière de le saboter, mais il est souvent plus efficace et plus simple de tirer sur son fil électrique pour l’éteindre.

conseil et prévention - exercices respiration - Blogue du Réseau

Mise en garde

La Classification internationale des céphalées (CIC), publiée par la Société internationale des céphalées et adoptée par l’Organisation mondiale de la santé, catégorise les maux de tête en quatorze catégories exhaustives. Les variables pouvant influencer les céphalées sont donc légion.

Dans cet article, nous avons délibérément omis les causes dites plus « passagères » ou moins probables pour nous attaquer aux causes cervicogéniques engendrant des maux de tête chroniques, plus récurrents. Même si ces causes cervicales ne représentent que trois des quatorze catégories du CIC, les probabilités sont grandes pour que ces dernières soient la cause de vos maux de tête chroniques.

S’il vous plait, en l’absence de diagnostic, ne vous lancez pas en croisade contre une cause en négligeant de considérer les autres possibilités. Ne partez pas non plus en panique. Bien qu’irritant, de tous les cas de céphalées investigués aux urgences, un minime 1 % d’entre elles sont la manifestation d’un problème sérieux[1].

En cas de doute, votre médecin se fera un plaisir de vous répondre ou de vous faire passer le test approprié.


[1] Mattu, Amal; Goyal, Deepi; Barrett, Jeffrey W.; Broder, Joshua; DeAngelis, Michael; Deblieux, Peter; Garmel, Gus M.; Harrigan, Richard; Karras, David; L’Italien, Anita; Manthey, David (2007). Emergency medicine: Avoiding the pitfalls and improving the outcomes. Malden, MA: Blackwell / BMJ Books. p. 39. ISBM 140514662.

 

Partager

Vous aimerez aussi...

Comment trouver le parfait massothérapeute pour vous ?

15.juin.2020

La fatigue et la massothérapie

28.fév.2020

Comment intervenir face aux inconduites sexuelles des clients en massothérapie ?

26.nov.2019

Philippe-Olivier Jasmin

  Vous reconnaîtrez probablement Philippe-Olivier Jasmin comme un des collaborateurs qui écrit pour le blogue du RMPQ depuis son implantation. Non? Pas de problème! Peut-être comme l’orthothérapeute clinicien aguerri. Celui qui décortique l’anatomie, explore la biomécanique et déniche des tactiques et des approches cliniques efficaces pour ces confrères massothérapeutes? Ou encore, comme le collaborateur pour le blogue de l’AMS et le superviseur-coach d’orthothérapie à leur campus de Montréal? Ou probablement comme celui qui unit des formations de la Chine, de la Colombie-Britannique et des États-Unis à sa formation d’orthothérapeute pour attiser l’étincelle de l’excellence et inspirer ses collègues à être awesome? … … ... Quand il n’est pas en train de masser ou de promouvoir la reconnaissance de la massothérapie par l’éducation, P-O a le nez plongé dans un bouquin, su à exercer sa routine de rame, de callisthénie et de Tai Chi, ou relaxe paisiblement un café à la main. Alors qui est P-O? Un rêveur? Un perfectionniste? Un guerrier pacifiste zen? Pour le découvrir, mets ton casque et viens le rejoindre au front!

Mes articles

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos articles de blogue par courriel

Je suis massothérapeute