Accès membres et assureurs

Trouver un thérapeute

Recherche avancée

  • Massothérapie
  • Kinésithérapeute
  • Orthothérapeute
  • Naturothérapeute

Heures d'affaires

Lundi L
Mardi M
Mercredi M
Jeudi J
Vendredi V
Samedi S
Dimanche D
AM
PM
Soir
    

Blogue

Le nerf d’Arnold

6 mars 2013  |   écrit par Julie Plouffe  |

Partager

N’ayant aucun lien de près ou de loin avec l’acteur et ex-sénateur de la Californie, Arnold Schwarzenegger, le nerf d’Arnold est à l’origine de nombreux maux physiques intenses qui peuvent affecter de façon importante la qualité de vie d’une personne. Vous avez probablement déjà entendu l’expression « avoir mal aux cheveux »! Le coupable, c’est bien souvent le nerf d’Arnold.

Il s’agit d’un nerf bilatéral issu de la moelle épinière et formé par la branche postérieure de la deuxième vertèbre du cou. Situé dans les muscles profonds du cou, le nerf d’Arnold assure l’innervation motrice et sensitive du cuir chevelu, permettant d’effectuer des mouvements et de ressentir les sensations.

Reconnaître la douleur

La douleur de la névralgie d’Arnold est très vive et ressemble à des élancements ou à des brûlures qui peuvent irradier de l’occiput (partie postérieure et inférieure de la tête, à l’endroit de jointure avec le cou) jusqu’aux muscles temporaux (muscles situés au niveau de la tempe servant à la mastication). On peut la ressentir d’un seul côté de la tête à la fois.

Cette douleur peut être causée par un grand nombre de facteurs. Elle peut provenir d’une vertèbre déplacée, de tensions musculaires au niveau cervical, d’une inflammation à la suite d’un accident, d’une entorse, d’une hernie cervicale, ou être causée par un stress intense. Les personnes souffrant d’arthrite, de rhumatisme ou d’autres problèmes cervicaux peuvent également ressentir de la douleur au nerf d’Arnold.

 

 

Soulager la douleur par la massothérapie

Les personnes qui vivent de l’inconfort ou de la douleur lié à ce problème peuvent être soulagées en massothérapie. Des massages de la région cervicale, des trapèzes supérieurs, des rhomboïdes et des pectoraux (d’une pression douce et ferme à la fois pour ne pas accentuer l’inflammation), peuvent aider à diminuer les tensions autour de la région. Comme le soin peut procurer des sensations désagréables au niveau de la tête, le thérapeute doit travailler les couches musculaires progressivement, d’un soin à l’autre.

Le client a également un rôle important à jouer dans son processus. Des étirements doux et spécifiques pour le cou peuvent l’aider grandement. Ils permettront de prévenir la douleur en aidant à garder les muscles détendus. Le but est justement de détendre les muscles tendus du cou afin de retrouver une plus grande mobilité.

En médecine traditionnelle, des infiltrations locales de corticostéroïdes (cortisone) ou de novocaïne (anesthésiant local) sont souvent prescrites. Une consultation auprès d’un médecin pourrait vous aider à trouver les meilleures alternatives pour votre situation.

Partager

Vous aimerez aussi...

Les mystères du piriforme

14.sept.2020

Le Taping

26.août.2020

Le massage des pieds

11.août.2020

Julie Plouffe

Mes articles

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos articles de blogue par courriel

Je suis massothérapeute