Accès membres et assureurs

Trouver un thérapeute

Recherche avancée

  • Massothérapie
  • Kinésithérapeute
  • Orthothérapeute
  • Naturothérapeute

Heures d'affaires

Lundi L
Mardi M
Mercredi M
Jeudi J
Vendredi V
Samedi S
Dimanche D
AM
PM
Soir
    

Blogue

Le Taping

26 août 2020  |   écrit par Manon Dussault  |

Partager

C’est lors des Jeux olympiques de Pékin en 2008 que les bandages colorés sur les corps des athlètes ont attiré les yeux du monde entier et ont attisé la curiosité des thérapeutes manuels et de leurs clients.

On les appelle « bandes de kinésio-taping », « K-tape », « Tape Neuro-proprioceptif » ou « Tape Neuromusculaire ». Qu’importe le nom utilisé, elles ont toutes les mêmes propriétés. Dans cet article j’utiliserai les termes « k-tape » ou « tape » pour désigner les bandes, afin d’alléger le texte et éviter les confusions.

Mais à quoi servent réellement ces bandes? Y a-t-il une différence entre les couleurs de « tape »? Pourquoi y a-t-il des formes diverses?

Il faut savoir qu’il existe deux types principaux de « taping », soit le taping sportif et le taping neuro-proprioceptif. Les bandages utilisés pour chacun de ces types de « taping » sont très différents autant dans leurs formes et leurs aspects que dans leurs utilités.

Le Taping - Blogue du Réseau des massothérapeutes

Le taping sportif

Le tape athlétique ou sportif c’est le bandage conventionnel, blanc et non élastique. Il permet de supporter une articulation ou de limiter le mouvement. On l’utilisera par exemple dans le cas d’une entorse de la cheville ou du poignet pour éviter l’étirement d’un ligament blessé.

Le taping neuro-proprioceptif

Le tape neuromusculaire ou kinesio-tape c’est un bandage adhésif, élastique, coloré et relativement nouveau. Il permet de supporter une articulation, mais sans en limiter complètement le mouvement. On pourra donc l’utiliser en support musculaire lors de l’entrainement des athlètes.

Le taping sportif - Blogue du Réseau

Ça vient d’où?

Même s’il est possible que vous ne l’ayez découvert que récemment en regardant votre télé, le K-taping n’est pas si récent que ça.

La méthode de traitement des douleurs musculo-articulaires bénignes par des bandages adhésifs a été inventée par le japonais Kenzo Kase, chiropraticien et kinésiologue, en 1979. C’est grâce à des études cliniques qu’il a développé sa méthode et mis au point non seulement les techniques de pose, mais également la technologie de bande.

C’est pour qui?

Même si c’est sur le corps des athlètes et des sportifs qu’on les retrouve le plus souvent, le taping s’adresse à tout le monde : sportif, sédentaire, bébé, enfant, femme enceinte, etc. Ça existe même pour les chevaux!

À la suite d’un soin en massothérapie, ces bandes permettent une réelle prolongation de l’effet du soin grâce à leurs actions 24 heures sur 24, jusqu’à 5 jours.

C’est pour qui le taping? Blogue du Réseau

C’est quoi le K-tape ?

Les « tapes » sont des bandes adhésives et élastiques, qui peuvent s’étirer jusqu’à 50% de leur longueur initiale. Elles se posent directement sur la peau pour diminuer la douleur et l’œdème, augmenter la stabilité des articulations et améliorer les performances musculaires (support ou relâchement). Et non, il n’y a pas de produit magique sur les bandes, l’efficacité et les résultats varieront selon la façon dont elles sont appliquées.

Il existe plusieurs techniques d’applications; musculaire, ligamentaire, correction posturale, lymphatique, fasciale, neurologique et gynécologique. Votre massothérapeute formé en « technique de k-taping » pourra donc vous proposer celle qui convient le mieux à votre situation.

Ça sert à quoi le K-taping?

Comme on le sait déjà, son utilisation a été établie dans le sport compétitif et professionnel pour la prévention des blessures, le traitement et la préparation préentraînement des athlètes.

C’est aussi un outil qui offre aux thérapeutes manuels la possibilité de prolonger l’effet des soins en permettant entre autres de réduire la douleur, faciliter les fonctions musculaires et articulaires, et améliorer la circulation. Il est utilisé pour stimuler la proprioception et le flux lymphatique, favorisant le soutien structurel et la guérison des tissus.

Le K-Taping offre également une approche efficace pour la gestion de l’œdème postopératoire.

Comment fonctionne le K-taping ?

La tension exercée par la bande permet de soulever légèrement la peau en créant de petites vagues, ce qui libère de l’espace pour les structures sous-jacentes et permet divers effets :

  1. Diminution de la douleur ressentie
  2. Amélioration de la circulation sanguine et lymphatique
  3. Amélioration des mouvements articulaires
  4. Amélioration des fonctions musculaires

Que signifient les couleurs des tapes? Blogue du Réseau

Que signifient les couleurs des tapes?

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, il n’y a pas de différence qualitative attribuable aux différentes couleurs des tapes. Vous pourriez donc choisir les couleurs de K-tape que votre thérapeute vous posera en fonction de vos vêtements ou de votre humeur!

Toutefois certains thérapeutes leurs attribuent des fonctions différentes simplement afin de savoir au premier coup d’œil à quoi a servi le taping : support, relâchement, fascia, drainage, etc.

À titre d’exemple on pourra utiliser :

  • « rouge » pour le support des muscles ou d’une articulation;
  • « bleu » pour le relâchement sur des muscles trop tendus;
  • « beige » pour les fascias;
  • « noir » pour le drainage.

Les contre-indications

Il n’y a pas de restriction ou de contre-indication spécifique au K-taping, ce sont les contre-indications générales pour un massage qui s’appliquent.

Les précautions

  • Attendre au moins 2 heures avant de pratiquer un sport : se faire poser un « tape » 10 min avant le départ d’une course n’est pas idéal et est souvent inutile puisqu’avec la sueur, il n’adhèrera pas bien à la peau.
  • Ne pas se faire poser de « tape » sur une plaie.
  • Se faire poser le « tape » sur une peau sèche (pas de crème ni d’huile),sinon la bande ne collera pas.
  • Se faire mettre le « tape » sur une peau dépourvue de poils.
  • Se faire poser le « tape » par des professionnels formés qui connaissent l’anatomie, mais aussi les techniques de coupe et de pose.
  • Ne pas utiliser de sèche-cheveux pour sécher « tape », cela pourrait faire fondre la colle et vous brûlerait la peau.

Puisque les « tapes »  ne tiennent pas sur une surface huileuse, s’ils sont apposés après un soin de massothérapie, la zone devrait préférablement être nettoyée avec un désinfectant ou un savon sans alcool, afin de réduire le risque d’irritation de la peau.

Même si les « tapes »  sont généralement fabriqués à base de fibres de coton, certaines marques pourraient contenir du latex ou d’autres ingrédients allergènes.

Si vous ressentez des picotements ou une sensation de brûlure après l’application d’une bande k-tape, retirez-la immédiatement et nettoyez la peau avec un  savon doux.

Comment sont appliquées les bandes de K-tape ? Blogue du Réseau

Comment sont appliquées les bandes de K-tape ?

Pas si facile à faire, laissez faire un spécialiste

Même si vous étiez 1er de classe en découpage à l’école maternelle et que vous pouvez trouver certaines marques de K-tape dans les boutiques de sports ou à la pharmacie avec un petit livret explicatif, la pose de « tape » n’est pas si facile.

Il est nécessaire de connaître parfaitement l’anatomie du corps humain pour poser le tape sur la bonne structure. Ce serait dommage de « taper » le mauvais muscle ou d’être à moitié sur un ligament et à moitié sur un tendon. Il est également primordial de bien maîtriser la tension que l’on exerce sur le tape. Une mauvaise tension sur une bande peut entrainer l’effet contraire à celui recherché. N’hésitez donc pas à consulter un massothérapeute, un kinésithérapeute, un orthothérapeute ou tout autre professionnel de la santé qui est formé en technique de K-taping.

Les techniques de coupe

Non, votre thérapeute ne se sent pas particulièrement l’âme artistique lors des séances de taping. S’il sort ses ciseaux, c’est qu’il existe différentes coupes qui ont pour but de s’adapter aux structures anatomiques. Il choisira donc la coupe qui lui permet d’arriver le plus facilement à son but. Il existe des coupes en « I », en « X », en « Y », en « éventail », en « trou de beigne », en « basket weave », etc.

Les applications

Comme je l’ai écrit précédemment, le k-tape peut agir sur un muscle, un tendon, un ligament, une articulation, etc. Pour chaque effet souhaité, il y a une technique d’application spécifique, voici les principales:

Technique musculaire
Elle est utilisée pour augmenter ou relâcher le tonus musculaire, elle viendra aussi en support à un muscle blessé, aidera à réduire la douleur ressentie et facilitera le rétablissement.

Technique ligamentaire
Elle est utilisée en support aux ligaments ou tendons faibles ou blessés, elle favorise la stabilité articulaire et aide à améliorer l’amplitude et les mouvements.

Technique fasciale
Elle favorise le bris des adhérences entre les fascias pour permettre une meilleure qualité de mouvement.

Technique fonctionnel
Elle est utilisée pour l’équilibre postural, elle permet de ramener ou maintenir les structures dans une position optimale et naturelle.

Technique « space »
Comme son nom l’indique, elle est utilisée pour créer de l’espace et décomprimer les structures sous-jacentes, ce qui permet un désengorgement, une meilleure circulation sanguine et lymphatique, et une diminution de la douleur dans le cas des points triggers.

Technique lymphatique
Elle est utilisée dans les cas d’œdème ou d’ecchymoses. C’est la technique la plus impressionnante visuellement, car elle permet de drainer les liquides stagnants de la région affectée.

Est-ce que le k-taping est adapté à votre situation?  Il vaut mieux vous en remettre à l’expertise de votre thérapeute professionnel et certifié en technique de k-taping, n’hésitez à lui poser la question.

Les massothérapeutes ont plusieurs outils et techniques à leur disposition afin de mieux répondre à vos besoins et améliorer votre bien-être, le k-taping est l’un de ces outils. C’est une technique bien adaptée pour le prolongement des bienfaits des soins de massothérapie.

Vous pourrez ainsi vaquer à vos activités quotidiennes en continuant d’améliorer votre condition physique.

 

Partager

Vous aimerez aussi...

Les mystères du piriforme

14.sept.2020

Le massage des pieds

11.août.2020

Vaincre la léthargie de la fatigue musculaire

12.mai.2020

Manon Dussault

Masso-Kinésithérapeute diplômée en massage Suédois depuis 2007 et en Kinésithérapie depuis 2015, Manon a poursuivi ses études dans diverses techniques de massage et de thérapie manuelle afin de pouvoir mieux répondre aux besoins de sa clientèle. En 2016, avec une collègue, elle co-écrit et publie deux « Guides pratiques de masso-kinésithérapie ». Ces ouvrages axés sur les techniques d'évaluations et de soins de Kinésithérapie lui permettent de partager ses connaissances avec la communauté des thérapeutes manuels à travers la francophonie. C’est finalement en 2018, après plus de 16 ans à l’emploi de la fonction publique du Québec, où elle a pu acquérir et développer des talents en communication, rédaction de manuel de formation et de protocole et de formatrice, qu’elle a décidé de se consacrer exclusivement à sa carrière de masso-kinésithérapeute. C’est donc avec tout ce bagage professionnel et l’envie de partager ses connaissances et découvertes qu’elle a joint l’équipe des collaborateurs du Réseau.

Mes articles

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos articles de blogue par courriel

Je suis massothérapeute