Accès membres et assureurs

Trouver un thérapeute

Recherche avancée

  • Massothérapie
  • Kinésithérapeute
  • Orthothérapeute
  • Naturothérapeute

Heures d'affaires

Lundi L
Mardi M
Mercredi M
Jeudi J
Vendredi V
Samedi S
Dimanche D
AM
PM
Soir
    

Blogue

L’épuisement professionnel chez le massothérapeute

18 décembre 2018  |   écrit par Xavier Jutras  |

Partager

En matière de prévention des blessures chez les massothérapeutes, il est souvent question des lésions physiques attribuées au travail répétitif. Par exemple, on retrouvera souvent des conseils pour «sauver» ses pouces, avoir une meilleure posture, avoir moins de tensions dans le cou, etc. Or, tous ces muscles en mouvement le sont grâce au big boss : votre cerveau. Pourtant, on omet trop souvent d’en prendre soin, faute d’avoir un plan spécifique ou faute de prendre le temps de le faire. La santé mentale est un sujet parfois tabou, mais pas aujourd’hui, pas dans cet article. Vous êtes dans une situation mentale que vous jugez précaire ou vous connaissez un collègue qui vit des difficultés? Prenez le temps de lire la suite.

L’épuisement professionnel chez le massothérapeute - Blogue du Réseau

Qu’est-ce que le syndrome d’épuisement professionnel ?

Selon le site officiel du gouvernement du Québec, «même si le burn-out n’est pas officiellement identifié comme une maladie mentale, il serait  reconnu comme étant le résultat d’un stress chronique lié au travail»[1]. Il peut toucher n’importe qui sans distinction d’âge ou de sexe.

Est-ce que l’épuisement professionnel est synonyme de dépression?

Non, mais ils ne sont pas mutuellement exclusifs non plus. Par exemple, une dépression pourrait vous mener vers un épuisement professionnel…et un épuisement professionnel pourrait être un facteur de dépression !

Doit-on absolument faire la distinction entre les deux?

En peu de mots : non. La connaissance peut vous permettre de faire une bonne première introspection. Cela dit, toute personne dans le doute devrait consulter et laisser les professionnels de la santé s’occuper de l’évaluation.

Voici un tableau récapitulatif pour vous aider à mieux identifier les caractéristiques

Tableau épuisement professionnel - blogue du Réseau

Sources[2][3][4]
*** Le cas échéant, n’hésitez pas à demander de l’aide : ligne d’aide et de prévention du suicide : 1 866 APPELLE ou 1 866 277-3553.

Pourquoi les massothérapeutes sont-ils à risque?

Les massothérapeutes ont souvent choisi ce travail par volonté d’aider les autres.
Or cette volonté d’être à l’écoute des besoins et d’aider peuvent mener à des accommodements pas toujours raisonnables.

Quelques exemples :

  • Lorsqu’un client annule son RV à la dernière minute, plusieurs seront tentés de ne pas le pénaliser.
  • Lorsqu’un client arrive 10-15-20 minutes en retard, plusieurs seront tentés de modifier leur emploi du temps pour l’accommoder, quitte à prendre du retard sur le rendez-vous suivant.
  • Lorsqu’un client déclare à la fin de son rendez-vous qu’il a encore des inconforts ou des tensions, plusieurs seront tentés de donner, sans frais, une extension du temps de massage pour tenter de remédier à la situation.
  • Plusieurs massothérapeutes n’hésiteront pas à accepter de prendre des rendez-vous en dehors des heures régulières pour être facilitants.
  • Plusieurs massothérapeutes vont continuer de faire de la relation d’aide dans les minutes suivant le rendez-vous, sur leur temps.
  • Plusieurs massothérapeutes vont se faire imposer (ou s’auto-imposer pour être accommodants) des horaires ultra-chargés sans possibilité de repos entre chaque client.

Lorsque ce type de comportement est la règle plutôt que l’exception, cela revient à dire au client que votre temps vaut moins cher que ce que vous chargez.

Pour d’autres réflexions à ce sujet, je vous invite à considérer cet article déjà paru en 2015 à ce sujet: 5 erreurs psychologiques pouvant mettre K.O. les massos.

Pourquoi les massothérapeutes sont-ils à risque? Blogue du Réseau

Quoi faire si vous êtes déjà au bout du rouleau ?

Pour ceux et celles qui se sentent concernés voire au bord du ravin, je vous propose quelques pistes de réflexion.

Quelqu’un en épuisement professionnel ou en voie de l’être se sent ultimement moins important que le travail qu’il fait ou inapte à accomplir ses tâches convenablement. Toute action devrait donc avoir pour objectif d’augmenter son énergie (physique ou mentale) ou son estime de soi.

En priorité pour avoir plus d’énergie

  • Si vous manquez d’heures de sommeil, faites-en votre enjeu #1.
  • Veillez à manger de façon équilibrée.
  • Assurez-vous d’avoir au moins un peu de luminosité provenant de dehors durant le jour.
  • Avez-vous remarqué, par exemple, que vos baisses d’énergie surviennent à l’automne et à l’hiver? Si oui, demandez à votre pharmacien ou à votre médecin s’il serait pertinent de prendre une supplémentation en vitamine D.
  • Méditation & Yoga : si vous travaillez seul habituellement, le yoga ou un cours de groupe pourrait vous faire du bien. Si vous n’avez pas pris rendez-vous avec vous-même depuis les années tranquilles, quelques séances de méditation s’imposent!
  • Faites-vous masser. Avez-vous vraiment besoin que je l’explique ? 🙂

Pour aider à améliorer son image de soi

  • Valorisez votre temps. Si vous êtes incapable de charger davantage à vos clients pour leurs «écarts de conduite», apprenez au moins à diminuer le temps supplémentaire gratuit. Paradoxalement, vous serez surpris de voir que les clients vous respecteront autant, voire plus. Utilisez le temps «gagné» pour prendre soin de vous.
  • Si vous tenez autant à prendre soin des autres, assurez-vous de prendre soin de vous d’abord et avant tout. Après tout, il n’y a pas de thérapie sans thérapeute.
  • Parlez de ce que vous vivez à des collègues plus proches ou à votre patron. Rester silencieux revient à diminuer l’importance de ce que vous vivez.
  • Apprenez à dire non. Un non à la fois.
  • Appliquez vos propres conseils : donner un conseil que vous n’appliquez pas peut difficilement être bon pour l’estime de soi. Soyez un modèle et fier de l’être.
  • Prenez rendez-vous avec vous-même. Littéralement. Inscrivez votre nom dans votre agenda. 60 ou 90 min? Cela dépendra de vos besoins, comme vous répondriez à vos clients.

La massothérapie est ultimement un don de soi. Si vous donnez plus que votre capacité à récupérer, vous êtes un candidat de choix pour vivre tôt ou tard la spirale infernale de l’épuisement professionnel. Si vous vous reconnaissez dans ce texte ou si vous reconnaissez un collègue, agissez avant qu’il ne soit trop tard.

Quoi faire si vous êtes déjà au bout du rouleau ? Blogue du Réseau

Ressources

Pour une liste exhaustive de tous les aspects à garder en équilibre autant que possible pour une bonne santé mentale, visitez le site du gouvernement du Québec.

Pour davantage d’information sur la dépression, visitez le site du gouvernement du Québec.

Pour avoir de l’aide en psychologie, consultez l’Ordre des psychologues du Québec.

Trouvez votre centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) ou votre centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) sur le portail Santé Mieux-être.

Appelez la ligne d’aide et de prévention du suicide au 1 866 APPELLE ou 1 866 277-3553 ou contactez l’Association québécoise de prévention du suicide.

[1] https://www.quebec.ca/sante/conseils-et-prevention/sante-mentale/le-travail-et-la-sante-mentale/
[2] http://www.douglas.qc.ca/
[3] https://www.wikiwand.com/fr/Syndrome_d%27%C3%A9puisement_professionnel
[4]https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=epuisement-professionnel-pm-symptomes-de-l-epuisement-professionnel

Partager

Vous aimerez aussi...

Comment trouver le parfait massothérapeute pour vous ?

15.juin.2020

La fatigue et la massothérapie

28.fév.2020

Comment intervenir face aux inconduites sexuelles des clients en massothérapie ?

26.nov.2019

Xavier Jutras

Diplômé de l’Université Laval en kinésiologie en 2005, Xavier Jutras a décidé d’ajouter une nouvelle corde à son arc en 2014 en entamant une carrière parallèle en massothérapie. Maintenant en voie de devenir orthothérapeute, il pourra ainsi gérer les bobos de ses clients tout en s’assurant de les guider dans leur processus de réhabilitation. Doté d’une infatigable curiosité, il fait des lectures quotidiennes sur le sujet afin de rattraper « le temps perdu ». Son but : apprendre, bien comprendre et, surtout, faire le tri de l’information de façon à pouvoir mieux informer par la suite. Déjà rédacteur pour le blogue "Je me prends en main", il a offert ses services au Réseau dès qu’il en a eu la chance parce qu’il adore pouvoir transmettre sa passion en enseignant ou en écrivant. Fan invétéré des massages, il se donne comme mandat de rester neutre du mieux qu’il peut pour donner l’heure juste quant aux connaissances actuelles acceptées par la communauté scientifique. Bien qu’il possède un intérêt très marqué pour le monde du sport, il s’intéresse également aux bienfaits psychologiques que peuvent apporter l’activité physique et la massothérapie. Ces deux domaines, à la fois préventifs et curatifs, sont intrinsèquement liés et constituent, à son avis, le chemin le plus sain et le plus efficace pour atteindre le niveau de bienêtre que vous souhaitez.

Mes articles

Recevez nos articles de blogue par courriel

Je suis massothérapeute