Accès membres et assureurs

Trouver un thérapeute

Recherche avancée

  • Massothérapie
  • Kinésithérapeute
  • Orthothérapeute
  • Naturothérapeute

Heures d'affaires

Lundi L
Mardi M
Mercredi M
Jeudi J
Vendredi V
Samedi S
Dimanche D
AM
PM
Soir
    

Blogue

Les mystères du piriforme

14 septembre 2020  |   écrit par Philippe-Olivier Jasmin  |

Partager

Qu’est-ce que le piriforme? Un classique? Un incontournable? Un vrai p’tit maudit? Tout massothérapeute finit par développer une relation amour/haine avec ce petit muscle boudeur. Tu es donc probablement déjà familier avec lui.

Mais comment se fait-il qu’après avoir transformé le nuage noir de ce muscle si souvent de mauvaise humeur en arc-en-ciel récidive-t-il si promptement? Pourquoi s’amuse-t-il comme un enfant à courir en rond dans une porte-tambour au lieu de transiger vers un monde meilleur?

Se pourrait-il que le piriforme voile ses réelles machinations? Dissimulerait-il un secret plus captivant qu’un simple rotateur externe profond aux apparences banales?

Es-tu las de jouer du coude pour relâcher un piriforme pour qu’il te refasse rapidement la grimace? Prépare-toi et viens démasquer les mystères du piriforme!

Les mystères du piriforme - Blogue du Réseau

Le visage familier du piriforme

Enseveli sous la bonne pièce de viande qu’est le grand fessier, le piriforme prend naissance à la face antérieure du sacrum et termine sa course à la partie supérieure du grand trochanter du fémur. Sa fonction principale? Accompagner ses collègues pelvitrochantériens dans la rotation externe de la hanche, saupoudrée d’une pincée d’abduction et d’extension. Curieusement, si la hanche est en flexion à plus de 90°, il inverse son mouvement principal : sa rotation externe se transforme en rotation interne. Rien de nouveau là-dedans qui devrait changer l’histoire de l’humanité.

Mais peut-être approchons-nous le piriforme d’un mauvais angle. Après tout, un muscle profond égale habituellement un effort stabilisateur.

Piriforme et stabilité latérale

Comme mentionné plus haut, le piriforme s’insère en antérieur du sacrum, mais son fascia, lui, se faufile jusqu’au piriforme controlatéral, du côté opposé. Cette relation intime entre les deux piriformes leur permet de compenser les forces latérales appliquées à la colonne en agissant directement sur la fondation même de celle-ci, le sacrum. Bref, le piriforme est un stabilisateur latéral. Il influence subtilement, mais significativement la base d’une tour Jenga chancelante afin d’éviter qu’elle ne se retrouve éparpillée sur le sol.

Mais ce n’est pas tout! Le piriforme dispose d’une expansion myofasciale avec la capsule articulaire de l’articulation sacro-iliaque et les ligaments sacro-iliaque et sacro-tubéral. Qu’est-ce que ça signifie en français? Que non seulement l’information mécanique est transmise d’un piriforme à l’autre, mais qu’il demeure à l’affût du stress véhiculé par la chaîne postérieure, des ischio-jambiers en passant par les ligaments pelviens jusqu’aux muscles paravertébraux. Ce qui nous amène au prochain point.

Piriforme et stabilité antéropostérieure

Petit détour et reculons un peu. Les articulations sacro-iliaques représentent le point pivot autour duquel le sacrum se bercera en nutation ou contre-nutation. De plus, le plateau sacré se trouve antérieurement à celles-ci. Et lorsque tu es debout, le poids du tronc applique une force descendante, une pression, sur ce plateau sacré. Résultat? Le poids du corps insiste sans cesse à faire basculer le sacrum en nutation. En d’autres mots, avant même que tu bouges, le poids de ton corps à lui seul positionne à l’horizontale le sacrum. En addition, ton appui au sol fait remonter une force réactionnelle ascendante qui percute l’articulation coxofémorale de plein fouet et, encore une fois, pousse le sacrum à se positionner à l’horizontale. Bref, quelqu’un pousse le plateau sacré vers le bas pendant que quelqu’un d’autre pousse le coccyx vers le haut. Autrement dit, nous sommes conçus pour que notre sacrum se fracasse le nez en tombant par en avant.

Heureusement, le piriforme est là! Son action bilatérale contrecarre cette nutation en amenant le coccyx vers le plancher pelvien.  Bref, l’action du piriforme résiste ce désir naturel de nutation et verticalise le sacrum. C’est pourquoi il joue un rôle de ligament actif pour l’articulation sacro-iliaque :  il ménage et gère le stress qu’elle subit des mécanismes antéropostérieurs. Dans ce contexte, il partage et supporte le rôle du ligament sacro-tubéral. À l’intérieur de ce phénomène, le piriforme tombe en relation romantique avec l’iliopsoas.

Bref, tout ce qui affecte les forces descendantes sur le sacrum ou les forces ascendantes sur les coxofémorales, que ce soit les courbures du rachis, la répartition du poids ou les amortisseurs du corps, va donc invariablement faire suer davantage le piriforme. Désires-tu une infâme recette? Imagine une antéversion du bassin, l’hyperlordose qui l’accompagne et la classique rotation interne des têtes fémorales qu’elles encouragent. Et bam! Le piriforme est écartelé à bout de bras, hurle sa mauvaise humeur et remet en question ses choix de vie.

Piriforme et grand fessier - Blogue du Réseau

Piriforme et grand fessier

Derrière tout grand homme se cache une femme… Oups. Je voulais plutôt écrire : derrière tout grand fessier se cache un piriforme.

Plusieurs parallèles sont effectués entre les pelvitrochantériens et la coiffe des rotateurs. Et dans cette comparaison, le piriforme est le supra-épineux. En effet, ce dernier combat l’élévation de la tête humérale lorsque le deltoïde la déstabilise en créant l’abduction de l’épaule. Similairement, le piriforme s’assure que la tête fémorale reste bien centrée malgré le grand fessier qui brasse la chaloupe lorsqu’il effectue l’abduction de la hanche. Et voilà! Le piriforme est aussi un ligament actif pour le ligament ilio-fémoral supérieur.

De plus, un grand fessier problématique et déstabilisateur sera invariablement compensé par le piriforme caché dans son ombre. Par exemple, un autre phénomène compensatoire entre ces deux muscles concerne la stabilisation pelvienne. Le grand fessier et le grand dorsal controlatéral forment une ligne diagonale extrêmement stabilisatrice, surtout en rotation. Si le grand fessier jette l’éponge, le piriforme barrera latéralement le sacrum afin de tenter vainement de prendre son fardeau sur ses épaules.

Alors la prochaine fois qu’un client te confrontera avec un syndrome du piriforme chronique comme un collant collé pas décollable, écrase la pédale de frein. Prends deux secondes pour faire aller le petit hamster. Une problématique musculaire récidive parce que les facteurs originels ou aggravants s’obstinent à être présents dans l’équation. Et bien trop souvent, cette problématique est plutôt un symptôme d’un autre problème. Alors maintenant que le piriforme n’a plus de secrets pour toi, observe attentivement ce qui se passe alentour. Trouve le pattern et tu trouveras pourquoi le piriforme est en constante humeur exécrable.

Comme ils disent : ne travaille pas plus dure, mais plus intelligemment. Savoir travailler, soulager, un piriforme, c’est bien. Simple. Facile. Savoir efficacement tourner autour du pot pour qu’un piriforme marabout ne se repointe pas le bout du nez, c’est magique.

Bons soins!

Partager

Vous aimerez aussi...

Le Taping

26.août.2020

Le massage des pieds

11.août.2020

Vaincre la léthargie de la fatigue musculaire

12.mai.2020

Philippe-Olivier Jasmin

  Vous reconnaîtrez probablement Philippe-Olivier Jasmin comme un des collaborateurs qui écrit pour le blogue du RMPQ depuis son implantation. Non? Pas de problème! Peut-être comme l’orthothérapeute clinicien aguerri. Celui qui décortique l’anatomie, explore la biomécanique et déniche des tactiques et des approches cliniques efficaces pour ces confrères massothérapeutes? Ou encore, comme le collaborateur pour le blogue de l’AMS et le superviseur-coach d’orthothérapie à leur campus de Montréal? Ou probablement comme celui qui unit des formations de la Chine, de la Colombie-Britannique et des États-Unis à sa formation d’orthothérapeute pour attiser l’étincelle de l’excellence et inspirer ses collègues à être awesome? … … ... Quand il n’est pas en train de masser ou de promouvoir la reconnaissance de la massothérapie par l’éducation, P-O a le nez plongé dans un bouquin, su à exercer sa routine de rame, de callisthénie et de Tai Chi, ou relaxe paisiblement un café à la main. Alors qui est P-O? Un rêveur? Un perfectionniste? Un guerrier pacifiste zen? Pour le découvrir, mets ton casque et viens le rejoindre au front!

Mes articles

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos articles de blogue par courriel

Je suis massothérapeute