Accès membres et assureurs

Trouver un thérapeute

Recherche avancée

  • Massothérapie
  • Kinésithérapeute
  • Orthothérapeute
  • Naturothérapeute

Heures d'affaires

Lundi L
Mardi M
Mercredi M
Jeudi J
Vendredi V
Samedi S
Dimanche D
AM
PM
Soir
    

Blogue

Mon client, mon ami?

2 octobre 2013  |   écrit par Sophie Vaudrin  |

Partager

Imaginez que vous receviez l’appel d’une personne qui vous demande des soins en massothérapie parce que sa massothérapeute est indisponible pour quelques mois. Vous vous informez de l’état de santé de la personne et elle vous décrit les soins qu’elle a l’habitude de recevoir. Procédure normale. Mais, surprise! Elle ajoute qu’elle arrive avant l’heure de son rendez-vous et prend le temps de discuter devant un petit café avec sa thérapeute. Ce n’est pas tout, après le massage, elle demeure étendue sur la table environ une heure, au son de la musique, pendant que sa thérapeute prend son repas! Malaise!

Pour certains, cette situation peut sembler banale. Il est toutefois important de se rappeler quelques notions d’éthique et de relation d’aide. Bien sûr, le métier de massothérapeute exige de l’écoute et de l’empathie. Par contre, il faut se souvenir de respecter ses limites et ses champs d’expertise (article 3.1.1 du code de déontologie). Si vous êtes à la fois massothérapeute et psychologue, pas de problème! Vous êtes formé pour donner ce genre de thérapie. Sinon, mieux vaut s’en tenir à une écoute active et objective, et, au besoin, tenir à jour une liste téléphonique d’intervenants susceptibles d’aider vos clients. Car, une fois la relation de confiance entre le client et le thérapeute installée, il arrive que le thérapeute soit « sursollicité » par certains clients  sur le plan émotif ou physique.

Votre client est un ami de longue date (article 3.1.4 du code de déontologie)? C’est la même chose! Vous tenez absolument à prendre un café ensemble? Alors, prenez le temps de fermer votre salle de massothérapie et de changer de vêtements afin de tracer une limite entre votre vie professionnelle et votre vie privée. Sachez installer une distance entre vous et vos clients, tout en demeurant courtois. En ce sens, le vouvoiement fonctionne très bien. Expliquez à vos clients pourquoi vous agissez ainsi et ayez sous la main votre code de déontologie pour vous y référer. Si vous sentez que vous dépassez tout de même vos limites, n’hésitez pas à consulter un spécialiste pour vous-même si vous ne voulez pas devenir un « cordonnier mal chaussé »!

 

 

Finalement, voulez-vous savoir ce que j’ai fait avec la personne mentionnée en début de texte? Je lui ai expliqué que je ne pourrais donner le même service que sa thérapeute habituelle, que ce n’était pas ma façon de fonctionner. Le message a très bien passé et elle est revenue chaque semaine pendant trois mois. En somme, pas besoin d’être le confident ou l’ami de ses clients pour offrir un bon massage… soyez simplement leur massothérapeute!

Consultez la fiche professionnelle de Sophie Vaudrin

Partager

Vous aimerez aussi...

Le retour au travail après une longue absence

08.juil.2020

La gestion des ressources humaines

30.avr.2020

Les essentiels dans une salle de massothérapie

22.avr.2020

Sophie Vaudrin

Sophie Vaudrin est massothérapeute et professeure de Pilates. Elle s’intéresse aux divers aspects touchant l’être humain : corporel, psychologique et émotionnel. Sa motivation première est de donner des outils aux gens afin que ceux-ci puissent prendre en main leur santé. Formée en danse pendant plusieurs années, elle a également travaillé avec le club de nage synchronisée de sa région dans le domaine de la flexibilité. Lorsque l’occasion de suivre une formation en massothérapie s’est présentée, elle y a vu une chance extraordinaire d’aller chercher des connaissances plus approfondies sur le corps humain. En plus de la massothérapie et du Pilates, madame Vaudrin donne à l’occasion des ateliers en milieu de travail touchant la posture, l’ergonomie, l’alimentation et le stress.

Mes articles

Commentaires

  1. Johanne Langlois dit :

    Merci pour ce blogue. Je trouve que ce serait un très bon sujet à discuter sur la page du groupe. Personnellement je ne veux pas agir de cette façon mais je ne sais pas si j’ai un visage tellement sympathique que les gens me tutois assez rapidement même si je continue à les vouvoyer. Et certaines personnes lors de l’entrevue évoquent déjà un besoin de parler et raconter leur vie..je ne leur dit pas que je vais les référer à un psy. je pense que ça fait parti de leur état de tensions et pour moi ça devient un plus pour le traitement que je leur prodiguerais. C’est pas toujours facile d’agir de cette façon quand les client(s) sont au départ nos amies, frères,soeurs et connaissances de longue date de devenir le thérapeute habillé différemment.

  2. Jocelyne dit :

    C’est vrai que des fois les clients se prolongent en racontant un peu ce qu’ils vivent. Je les écoute, mais si sa devient trop long. Je leur dis que j’ai un autre client qui arrivent bientôt. En terminant sur une note positive. Même ça l’arrive que je me dirige vers la porte, pour leur faire comprendre sens toute fois les vexer.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos articles de blogue par courriel

Je suis massothérapeute