Accès membres et assureurs

Trouver un thérapeute

Recherche avancée

  • Massothérapie
  • Kinésithérapeute
  • Orthothérapeute
  • Naturothérapeute

Heures d'affaires

Lundi L
Mardi M
Mercredi M
Jeudi J
Vendredi V
Samedi S
Dimanche D
AM
PM
Soir
    

Blogue

Danser avec un ressaut de hanche (snapping hip)

24 août 2016  |   écrit par Philippe-Olivier Jasmin  |

Partager

Vous êtes en train de danser, quand votre hanche se met à produire un craquement comme si elle tentait de battre le rythme. Tok. Tok. Tok. Tok. On pourrait croire qu’elle essaie de vous assister à l’aide d’un métronome, mais, chaque battement s’accompagne d’une débilitante douleur perçante. Vous figurez probablement parmi les malchanceux qui sont accompagnés d’un ressaut de hanche. Dans le fond, son action laisse plutôt penser à un mariachi qui s’emballe en grattant cacophoniquement sa guitare, bousillant l’harmonie de la performance au lieu d’enrichir et de soutenir nos danseurs de pasodoble.

Danser avec un ressaut de hanche | Réseau massothérapeutes

Définir le ressaut de hanche

Communément nommé « dancer’s hip » ou « snapping hip » en anglais, et « coxa saltans » en latin, le ressaut de hanche consiste en un syndrome d’accrochage translaté à la hanche. En effet, la problématique implique une structure, généralement un muscle, plaquée contre un relief osseux. La friction occasionnée par le mouvement tendra horriblement la musculature pour ensuite la relâcher brusquement. Ce phénomène, qui rappelle la corde d’un arc, entraine ce craquement sonore typique des syndromes d’accrochage. Ce son s’entend le plus fréquemment lors d’une extension de la hanche à la suite d’une flexion, lorsque celle-ci revient en position neutre particulièrement si le genou s’est rendu plus haut que la hanche. Se lever d’une position assise, courir ou monter des marches sont des exemples possibles de mouvements pouvant faire apparaître les symptômes.

Tout comme dans la version infantile du syndrome d’accrochage de la coiffe des rotateurs, le craquement se veut habituellement bénin. Cependant, si laissé à ses propres desseins, il peut contribuer à fragiliser le tendon impliqué ou évoluer en une panoplie de problématiques connexes à la suite d’éventuels mécanismes de défense déclenchés par l’irritation rythmée. Les symptômes précurseurs se manifesteront donc localement aux structures impliquées, mais se répandront rapidement pour se mêler à d’autres.

Le ressaut de hanche se divise en deux catégories: une version simple qui consiste en une tendinopathie et une version qui provient davantage d’un trauma.

Accrochage latéral | Réseau massothérapeutes

Accrochage latéral

Trois muscles nous intéressent dans cette première version simple de la problématique :

  • le tenseur du fascia latae (TFL);
  • le grand fessier;
  • le moyen fessier.

Des tensions excessives en ces trois muscles peuvent malheureusement inciter des frictions en latéral de la hanche, où cette musculature s’enfarge avec le grand trochanter au lieu d’adroitement glisser par-dessus. À cause de l’implication des fessiers, les symptômes peuvent suivre la crête iliaque. Et rappelons-nous que le TFL émergera fréquemment des symptômes en externe du genou en raison de l’attache de la bande iliotibiale.

Accrochage antérieur

La deuxième version simple migre le site d’accrochage en antérieur de la hanche. Deux muscles méritent notre attention :

  • l’iliopsoas;
  • le droit fémoral.

L’iliopsoas peut frictionner contre le petit trochanter, l’épine iliaque antéro-inférieure ou l’éminence ilio-pectinée alors que le droit fémoral peut se frotter à la tête fémorale. Les symptômes locaux se manifesteront donc davantage vers l’aine avec une possibilité d’inclure des symptômes aux lombaires transmis par l’iliopsoas et au tendon rotulien ou en périphérie de la rotule par la faute du droit fémoral.

Dysfonction intra-articulaire

La version traumatique touche les structures intrinsèques à l’articulation coxofémorale. Par exemple :

  • une affectation ou dégénération du cartilage;
  • une déchirure du bourrelet cotyloïdien;
  • une luxation ou migration de la tête fémorale.

Bien que cette version apparaisse généralement vivement et subitement après un trauma, la possibilité d’une condition sous-jacente chronique se doit d’être prise en compte. Confrontée à une dysfonction intra-articulaire, l’approche préconisée se veut habituellement pacifiante afin de favoriser un processus de guérison non entravé.

 

 

Complications

Plusieurs évolutions de la pathologie peuvent nous intéresser.

  • L’implication du TFL peut évoluer en syndrome de la bande iliotibiale.
  • Le muscle impliqué peut comprimer sa bourse respective jusqu’à la bursite: des bourses trochantériennes pour le TFL et les fessiers à la bourse iliopsoas pour l’iliopsoas ou une des nombreuses bourses rotuliennes pour le droit fémoral.
  • Une fragilisation du tendon affecté prédispose à la déchirure.
  • Un iliopsoas problématique peut aisément mener à la cruralgie.
  • Par ses insertions au lombaire, un iliopsoas de mauvaise humeur peut prédisposer le bas du dos au développement de pathologies connexes telles la sciatalgie ou la hernie discale.

Approcher le ressaut de hanche | Réseau massothérapeutes

Approcher le ressaut de hanche

Évidemment, discerner précisément la structure en cause pour mieux la cibler est de mise. Heureusement, il est généralement possible de déceler un accrochage à la palpation lorsqu’il est reproduit. Tout comme dans le cas du syndrome d’accrochage de la coiffe des rotateurs, il est préférable d’établir un équilibre entre une approche locale et holistique afin d’englober le plus grand nombre de variables possibles.

De plus, plusieurs rapports de force doivent être considérés.

  • La position de la tête fémorale sur son axe de rotation influence grandement l’humeur de plusieurs des muscles qui nous intéressent.
  • Une rotation de la tête fémorale influencera invariablement le genou, habituellement en varum ou valgum. Avec la hanche et le genou dans l’équation, il convient de vérifier la cheville et le pied.
  • Une rotation en externe de la tête fémorale entrainera presque automatiquement une rétroversion de la crête iliaque alors qu’une rotation interne provoquera une antéversion. La pathologie peut donc aisément se transmettre aux sacroiliaques et utiliser le bassin comme tremplin pour remonter dans le lombaire.
  • Additionnellement, avec le grand fessier, l’iliopsoas et le droit fémoral possiblement dans l’équation, le bassin peut facilement être encouragé en rétroversion ou en antéversion.
  • L’iliopsoas est en relation directe avec la lordose lombaire, ainsi qu’avec la stabilité de la ceinture pelvienne.
  • Une relation similaire existe entre la stabilité coxofémorale et les fessiers.

Rappelons-nous que chacun de ces rapports de forces peut autant être un symptôme qu’une source de stress additionnel pour la musculature impliquée. La priorité consiste à briser le possible cercle vicieux. Encore une fois, bien que les principaux affligés du ressaut de hanche demeurent des athlètes tels des danseurs, gymnastes, coureurs ou culturistes, n’éliminez pas hâtivement une cause posturale sournoise. Le mariachi manifestera des symptômes locaux incontournables, mais ne laissez pas sa présence flamboyante vous distraire de ce qui se passe alentour dans la ceinture pelvienne.

Bons soins!

Partager

Vous aimerez aussi...

Les mystères du piriforme

14.sept.2020

Le Taping

26.août.2020

Le massage des pieds

11.août.2020

Philippe-Olivier Jasmin

  Vous reconnaîtrez probablement Philippe-Olivier Jasmin comme un des collaborateurs qui écrit pour le blogue du RMPQ depuis son implantation. Non? Pas de problème! Peut-être comme l’orthothérapeute clinicien aguerri. Celui qui décortique l’anatomie, explore la biomécanique et déniche des tactiques et des approches cliniques efficaces pour ces confrères massothérapeutes? Ou encore, comme le collaborateur pour le blogue de l’AMS et le superviseur-coach d’orthothérapie à leur campus de Montréal? Ou probablement comme celui qui unit des formations de la Chine, de la Colombie-Britannique et des États-Unis à sa formation d’orthothérapeute pour attiser l’étincelle de l’excellence et inspirer ses collègues à être awesome? … … ... Quand il n’est pas en train de masser ou de promouvoir la reconnaissance de la massothérapie par l’éducation, P-O a le nez plongé dans un bouquin, su à exercer sa routine de rame, de callisthénie et de Tai Chi, ou relaxe paisiblement un café à la main. Alors qui est P-O? Un rêveur? Un perfectionniste? Un guerrier pacifiste zen? Pour le découvrir, mets ton casque et viens le rejoindre au front!

Mes articles

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos articles de blogue par courriel

Je suis massothérapeute