Accès membres et assureurs

Trouver un thérapeute

Recherche avancée

  • Massothérapie
  • Kinésithérapeute
  • Orthothérapeute
  • Naturothérapeute

Heures d'affaires

Lundi L
Mardi M
Mercredi M
Jeudi J
Vendredi V
Samedi S
Dimanche D
AM
PM
Soir
    

Blogue

Simple tendinite

24 janvier 2013  |   écrit par Philippe-Olivier Jasmin  |

Partager

La tendinite est l’inflammation d’un tendon. Souvent perçue comme une pathologie simple, elle figure généralement parmi les premières pathologies inflammatoires enseignées dans notre milieu. Et puisque le thérapeute la rencontre fréquemment, il a tendance à l’affronter avec assurance, avec aisance.

Simple et facile?

Peut-être, mais elle n’est pas à sous-estimer. Elle est sournoise.

Une tendinite bien connue : l’épicondylite

Prenons comme exemple cette tendinite si populaire que son ego lui a valu son propre nom : l’épicondylite.

Nous connaissons tous ses symptômes soit les signes classiques d’inflammation et une douleur à l’épicondyle pouvant irradier le long des extenseurs, généralement les radiaux, alors que ceux-ci sont très contractés et sensibles à la palpation. Une perte de force, souvent attribuée aux névralgies, peut également se manifester quand la tension est trop forte et que celle-ci empêche le ventre musculaire d’effectuer efficacement sa contraction. Pour brouiller davantage les pistes, l’articulation demeure généralement fonctionnelle avec une amplitude qui chute de manière incapacitante seulement dans les cas plus avancés.

Les causes de tendinites

Les causes principales de tendinites, soit le surmenage, l’effort répété ou encore un mauvais axe articulaire, peuvent avoir une source locale, référée ou posturale. Néanmoins, ces trois causes ont un point en commun : elles créent un stress constant sur le tendon et sur une longue période.

Les causes locales

Dans le cas d’une cause locale, la pathologie s’installe tranquillement alors que le client maintient sa routine tout en ignorant l’inconfort qu’elle crée. L’élément clef du soin local m’a été résumé ainsi lors de mon périple en Chine : « C’est simple! Priorise Quchi et travaille Shousanli au besoin. »

Qu’est-ce que cela signifie en français? Quchi (LI11) se trouve directement sur les tendons des extenseurs du poignet au niveau de l’épicondyle, et Shousanli (LI 10), lui, se trouve deux cun (plus ou moins deux doigts) plus bas sur le 1er radial. À noter que ces deux points d’acupuncture se trouvent sur deux importants points gâchettes.

Comme il s’agit d’une pathologie chronique, l’intervention demande souvent une approche un peu plus agressive pour briser le cercle vicieux établi. C’est pourquoi la priorité consiste en un travail mécanique visant directement l’attache tendineuse sur l’épicondyle pour y réduire l’inflammation, défaire ses adhérences et inviter le ventre musculaire à relâcher en utilisant le point gâchette. Le massage du ventre musculaire n’est qu’une finition pour éviter que le tendon soit encore constamment à bout de bras.

 

Les causes référées

Les causes référées proviennent quant-à-elle d’une compression du plexus brachial par une cervicobrachialgie ou une irritation du nerf radial par la défilée thoracique peut amener une sensibilité le long du membre supérieur où l’épicondyle est un point d’émergence. Ces deux exemples prédisposent à d’autres pathologies, dont la tendinite, enveniment la situation et sabotent les soins à approche locale.

Les causes posturales

Les causes posturales offrent le même développement que les causes référées. Un déséquilibre des chaînes musculaires peut être fautif comme dans le cas où les palmaires présentent un hypotonus compensé par les radiaux. Ou encore, comme une articulation dépend de celle qui la précède, une problématique à l’épaule peut s’étendre au coude. Et les causes de la cervicobrachialgie et la défilée thoracique mentionnées plus haut peuvent souvent être posturales.

Bref, l’épicondylite, ou la tendinite en général, peut être une complication due à une autre pathologie. Et comme si ce n’était pas suffisant, la tendinite peut elle-même amener plusieurs complications comme un syndrome du canal carpien, alors que l’épicondylite bloque les carpes, ou peut dégénérer en bursite et en capsulite à l’épaule par exemple.

Simple et facile, avons-nous dit?

Peut-être. Il suffit d’identifier le bon agent agresseur.

Bons soins!

Consultez la fiche professionnelle de Philippe-Olivier Jasmin

Partager

Vous aimerez aussi...

Les mystères du piriforme

14.sept.2020

Le Taping

26.août.2020

Le massage des pieds

11.août.2020

Philippe-Olivier Jasmin

  Vous reconnaîtrez probablement Philippe-Olivier Jasmin comme un des collaborateurs qui écrit pour le blogue du RMPQ depuis son implantation. Non? Pas de problème! Peut-être comme l’orthothérapeute clinicien aguerri. Celui qui décortique l’anatomie, explore la biomécanique et déniche des tactiques et des approches cliniques efficaces pour ces confrères massothérapeutes? Ou encore, comme le collaborateur pour le blogue de l’AMS et le superviseur-coach d’orthothérapie à leur campus de Montréal? Ou probablement comme celui qui unit des formations de la Chine, de la Colombie-Britannique et des États-Unis à sa formation d’orthothérapeute pour attiser l’étincelle de l’excellence et inspirer ses collègues à être awesome? … … ... Quand il n’est pas en train de masser ou de promouvoir la reconnaissance de la massothérapie par l’éducation, P-O a le nez plongé dans un bouquin, su à exercer sa routine de rame, de callisthénie et de Tai Chi, ou relaxe paisiblement un café à la main. Alors qui est P-O? Un rêveur? Un perfectionniste? Un guerrier pacifiste zen? Pour le découvrir, mets ton casque et viens le rejoindre au front!

Mes articles

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos articles de blogue par courriel

Je suis massothérapeute