Accès membres et assureurs

Trouver un thérapeute

Recherche avancée

  • Massothérapie
  • Kinésithérapeute
  • Orthothérapeute
  • Naturothérapeute

Heures d'affaires

Lundi L
Mardi M
Mercredi M
Jeudi J
Vendredi V
Samedi S
Dimanche D
AM
PM
Soir
    

Foire aux questions | Reprise des activités

Le Réseau a créé une foire aux questions afin de répondre aux principales questions qui lui ont été posées en lien avec le protocole de normes sanitaires en massothérapie et les mesures mises en place pour la COVID-19. Nous vous invitons à prendre connaissance des questions ci-dessous afin de trouver des réponses à vos questionnements.

Si vous ne trouvez pas la réponse à votre question, nous vous invitons à communiquer avec nous par courriel à info@rmpq.ca, par téléphone au 1 800 461-1312 ou par clavardage via notre site web.

Vous pouvez également rejoindre notre groupe Facebook privé afin de discuter avec les autres membres de l’association et le Réseau sur la reprise des activités.

Comme la situation évolue constamment, le Réseau travaille continuellement à vous fournir de l’information provenant de sources officielles. 

Qui sont les personnes à risque de complications à la suite d'une infection à la COVID-19?

Selon Québec.ca, «le risque de complications graves pour les personnes atteintes de la COVID‑19 augmente avec l’âge, mais il est présent même chez les jeunes adultes. Le risque de décès à la suite de complications respiratoires graves (pneumonie ou syndrome respiratoire aigu) dues à la COVID‑19 est particulièrement élevé chez :

  • les personnes âgées de 70 ans et plus;
  • les personnes ayant un système immunitaire affaibli;
  • les personnes atteintes de maladies chroniques telles que :
    • le diabète;
    • les maladies cardiaques;
    • les maladies pulmonaires;
    • les maladies rénales.»

En cas de doute,  nous vous recommandons de demander un billet du médecin de votre client afin de vous assurer que son état de santé ne le met pas à risque.

Est-ce que les femmes enceintes sont plus à risque de contracter la COVID-19?

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, «des recherches sont actuellement en cours pour comprendre les effets de l’infection par le virus de la COVID-19 sur les femmes enceintes. Les données sont peu abondantes, mais rien ne prouve actuellement que les femmes enceintes courent un risque plus élevé que le reste de la population de développer une forme grave de la maladie.

Cependant, du fait des bouleversements que subissent leur corps et leur système immunitaire, nous savons que les femmes enceintes peuvent être gravement touchées par certaines infections respiratoires. Il est donc important qu’elles prennent des précautions pour se protéger contre la COVID-19 et qu’elles signalent les symptômes éventuels (tels que fièvre, toux ou difficultés à respirer) à leur prestataire de soins de santé.»

Le Réseau vous recommande donc de demander un billet médical à votre cliente afin de vous assurer qu’aucune complication particulière liée à la grossesse ne la met à risque dans le cadre d’une infection à la COVID-19.

Je suis une personne à risque de développer une forme sévère d'une infection à la COVID-19. Puis-je recommencer à travailler?

Si vous présentez des risques de développer des complications à la COVID-19, nous vous invitons à consulter votre médecin afin d’évaluer votre situation et de suivre ses recommandations.

Si mon client fait parti des personnes à risque de développer une forme sévère de la COVID-19, puis-je le masser?

Si votre client fait partie des personnes présentant des risques élevés de complication à une infection à la COVID-19, nous vous recommandons de demander l’avis du médecin de votre client. Autrement, nous vous invitons à repousser le massage à une date ultérieure.

En tant que thérapeute, dois-je porter absolument un masque de procédure?

Selon les autorités de santé publique, à ce jour, le thérapeute qui effectue une tâche à moins de 2 mètres du client doit porter un masque de procédure.

En date du 6 juillet, le Réseau a obtenu l’information de la santé publique qu’il n’est pas requis de changer de masque de procédure entre chaque client.

Selon l’INSPQ, le masque peut être porté pour un maximum de 4 heures sans le retirer pour les soins donnés à plusieurs usagers à l’intérieur d’une cohorte/unité. Il doit toutefois être jeté s’il est visiblement souillé, endommagé ou que la respiration devient difficile.

Il n’est toutefois pas recommandé de retirer le masque et de le réutiliser, mais plutôt d’opter pour le port prolongé du masque. Si vous devez retirer le masque entre vos clients, par exemple pour boire de l’eau ou manger, retirez le masque selon les directives de retrait tel qu’illustré par l’ASSTSAS, pliez le masque de façon à ce que l’extérieur du masque soit replié sur lui-même et déposez-le sur une surface propre et désinfecter ou dans un contenant ou un sac. Après avoir remis votre masque, n’oubliez pas de désinfecter la surface qui aura été en contact avec celui-ci.

Nous vous rappelons de ne pas toucher votre masque lorsque vous le portez. Assurez-vous qu’il est bien ajusté dès le début de votre soin. Si vous deviez toucher votre masque, lavez vos mains avant et après l’avoir manipulé.

Qu'est-ce qu'un masque de procédure?

Le masque de procédure recommandé pour la pratique de la massothérapie est un masque jetable de niveau 1 avec une filtration bactérienne de 95% et plus selon les normes de l’American Society for Testing and Materials (ASTM). Il existe 3 classifications dans le cadre de la norme ASTM F2100 de l’ASTM: niveau 1, 2 et 3. Le masque N95 n’est pas recommandé pour votre pratique; celui-ci est réservé au domaine médical.

Source: 3e question – Les masques homologués ASTM offrent-ils différents niveaux de protection?, Primed.ca, [En ligne], consulté le 27 mai 2020.

Dois-je porter un survêtement et le changer entre chaque client?

En date du 8 juin 2020, l’Institut National de la Santé publique du Québec (INSPQ) a apporté des modifications à ses recommandations intérimaires pour les soins thérapeutiques en cabinet privé.

Le survêtement n’est plus obligatoire. De plus, s’il est porté, il n’est plus nécessaire de le changer entre chaque client, tout comme les autres vêtements portés. 

Est-ce que mon client doit porter un masque?

En vertu du décret gouvernemental sur le port du masque ou du couvre-visage dans les lieux publics fermés qui est entré en vigueur le 18 juillet, le client doit porter le masque ou le couvre-visage en tout temps, sauf pendant la durée du soin qui le nécessite. Le décret gouvernemental, tant qu’il sera en vigueur, prévaut sur les recommandations intérimaires qui, en date du 8 juin, rendaient optionnel le port du masque ou du couvre-visage par le client.

Quand est-ce que mon client peut retirer son masque ou son couvre-visage?

La direction de la santé publique du Ministère de la Santé et des Services sociaux nous a confirmé que le masque ou le couvre-visage peut être retiré pendant la durée du soin qui le nécessite. Le masque ou le couvre-visage peut être retiré quand:

  • vous massez le visage;
  • le client est couché sur le ventre.

Nous vous invitons à continuer d’exercer votre jugement professionnel afin de déterminer si le masque ou le couvre-visage nécessite d’être retiré lors de certaines manœuvres.

Qui peut être exempté du port du masque ou du couvre-visage?

Certaines personnes ne sont pas visées par l’obligation de porter le masque ou le couvre-visage, comme:

  • « les enfants de moins de 12 ans. Toutefois, le port du masque ou du couvre-visage est recommandé pour les enfants de 2 à 11 ans. Il est non recommandé pour ceux de moins de 2 ans;
  • les personnes dont la condition médicale particulière empêche le port du masque ou du couvre-visage.
    • les personnes qui sont incapables de le mettre ou de le retirer par elles-mêmes en raison d’une incapacité physique,
    • les personnes qui présentent une déformation faciale,
    • les personnes qui, en raison d’un trouble cognitif, une déficience intellectuelle, un trouble du spectre de l’autisme, un problème de toxicomanie ou un problème de santé mentale sévère, ne sont pas en mesure de comprendre l’obligation ou pour lesquelles le port du masque ou du couvre-visage entraîne une désorganisation ou une détresse significative,
    • les personnes qui présentent une affection cutanée sévère au niveau du visage ou des oreilles qui est aggravée significativement en raison du port du masque ou du couvre visage. »*

« Par ailleurs, les personnes souffrant d’une condition chronique, incluant les maladies cardiovasculaires et les maladies pulmonaires, ne font pas partie des personnes exemptées de porter le masque ou le couvre-visage. Lorsque cela est possible, ces personnes devraient privilégier l’utilisation du masque de procédure puisqu’il offre une meilleure protection contre le virus. »*

Pour lire l’information intégrale concernant le port du masque ou du couvre-visage obligatoire dans les lieux publics fermés, nous vous invitons à consulter le site web du gouvernement du Québec.

*Source: Port du masque ou du couvre-visage dans les lieux publics en contexte de la pandémie de COVID-19, Site web du gouvernement du Québec. 

Si mon client a contracté la COVID-19 et est maintenant rétabli, est-ce que je peux le masser?

Nous vous invitons à valider avec votre client que celui-ci a respecté les recommandations de l’INSPQ pour la levée des mesures d’isolement qui s’appliquent pour la gestion des cas et des contacts dans la communauté.

Vous pouvez vous référer aux documents suivants de l’INSPQ:

Quelles sont les directives à suivre pour l'utilisation de la climatisation ou d'un système de ventilation portatif?

Selon l’INSPQ, « lorsque les conditions le requièrent, les climatiseurs et les ventilateurs sur pied peuvent être utilisés avec précaution en respectant certaines mesures énoncées dans la fiche suivante

La santé publique a également créé un document de questions et réponses sur les systèmes de ventilation dans un environnement intérieur.

Est-ce que je peux utiliser un hydrocollator ou un piqué chauffant?

Selon la santé publique, «si possible, examiner la possibilité d’utiliser des sources de chaleur alternatives (ex: serviettes chauffées à la chaleur humide – qui seraient changées entre chaque client). Si ce n’est pas possible, et que la couverture chauffante [ou un hydrocollator] est utilisée, il faudrait s’assurer que le drap ou la serviette qui la sépare du client est en bon état, bien positionné et remplacé entre chaque client.»

Assurez-vous que l’équipement qui ne peut pas être désinfecté ou changé entre chaque client ne touche pas directement votre client. L’utilisation d’une housse protectrice est fortement recommandée. Si cela est impossible, nous vous recommandons de ne pas l’utiliser.

Par mesure de précaution, vérifiez auprès du fournisseur de votre couvre-matelas chauffant afin de vous assurer qu’il n’y ait pas de risque de dommage, voire même d’incendie, si celui-ci est recouvert. Nous vous invitons également à bien vous informer concernant la housse que vous choisissez pour recouvrir votre couvre-matelas.

 

Est-ce moi ou mon employeur qui doit fournir l'équipement de protection individuelle?

Nous vous invitons à lire la section sur les obligations légales dans le guide de normes sanitaires en milieu de travail pour le secteur des soins thérapeutiques. Pour plus d’information, communiquez directement avec la CNESST afin de poser toutes vos questions en lien avec la relation entre employé et employeur dans le cadre de la reprise des activités.

Dois-je respecter obligatoirement les directives de la santé publique, le guide de la CNESST et le protocole de normes sanitaires?

Le Réseau aligne ses directives et ses recommandations avec celle de la santé publique et de la CNESST. Le rôle de l’association est de transmettre à ses membres les mesures de prévention mises en place par les autorités concernées. Le membre a l’obligation légale de respecter les directives de la santé publique et a également une obligation déontologique face au respect des mesures mises en place pour la réouverture des soins thérapeutiques en cabinet privé. Au point 2.1.2. du code de déontologie, « le Membre doit, dans son exercice, protéger la santé et le bien-être des individus qu’il dessert tant sur le plan individuel que collectif. »