Accès membres et assureurs

Trouver un thérapeute

Recherche avancée

  • Massothérapie
  • Kinésithérapeute
  • Orthothérapeute
  • Naturothérapeute

Heures d'affaires

Lundi L
Mardi M
Mercredi M
Jeudi J
Vendredi V
Samedi S
Dimanche D
AM
PM
Soir
    

Ashi-Thaï

L’Ashi-Thaï est une technique inspirée du massage thaïlandais et du massage ashiatsu. En fait, cette technique combine l’utilisation de la barre de suspension du ashiatsu pour permettre au thérapeute d’utiliser ses pieds et ses jambes pour masser le client. Le thérapeute effectuera des étirements et des compressions sur le corps. Le client, vêtu de vêtements confortables, est couché sur une table de massage.

Bienfaits

L’Ashi-Thaï permet de créer un étirement profond des différents muscles engagés dans les postures. Les compressions effectuées par le thérapeute permettent, de leur part, de travailler en profondeur les muscles et les fascias.

Déroulement

L’Ashi-Thaï est un soin offert sur les vêtements. Le client s’installe sur une table de massage alors que le thérapeute est suspendu à des barres accrochées au plafond. Le thérapeute utilise ses pieds et ses jambes pour effectuer des pressions sur le corps dans le but de masser les muscles. Le thérapeute utilisera également ses membres inférieurs pour effectuer des étirements profonds.

Contre-indications

Comme le thérapeute est suspendu au-dessus du client lors du massage, il est important d’utiliser la profondeur du massage avec précaution. De ce fait, les compressions profondes ne devraient pas être effectuées sans avis médical sur une personne présentant les problématiques suivantes:

  • Un implant mammaire récent;
  • Toute forme de problèmes cutanés;
  • Une chirurgie laser pour les yeux récente;
  • La tuberculose, des thromboses, des problèmes de reins ou une chirurgie pour une hernie;
  • Un problème inflammatoire chronique, comme les phlébites, la cellulite ou le lupus;
  • Prise de médications comme le coumadin, le lovenox, l’héparine ou l’aspirine forte;
  • Une haute pression ou une condition cardiaque non contrôlée, un pacemaker;
  • Un stade avancé d’ostéoporose;
  • Un syndrome de Guillain Barré ou toute autre maladie entraînant une perte de sensibilité des sens;
  • Certains cas diabétiques avancés;
  • Des historiques de caillots sanguins;
  • Une injection récente au niveau des jonctions articulaires ou musculaires;
  • Une rotation antérieure sévère de la région pelvienne.

 

Trouvez un thérapeute