Accès membres et assureurs

Trouver un thérapeute

Recherche avancée

  • Massothérapie
  • Kinésithérapeute
  • Orthothérapeute
  • Naturothérapeute

Heures d'affaires

Lundi L
Mardi M
Mercredi M
Jeudi J
Vendredi V
Samedi S
Dimanche D
AM
PM
Soir
    

Blogue

Se tenir debout face à la cruralgie

2 octobre 2015  |   écrit par Philippe-Olivier Jasmin  |

Partager

Lorsqu’ils présentent des douleurs lombaires irradiant dans un ou les deux membres inférieurs, les clients sont fréquemment fiers de nous lancer « Je pense que c’est le sciatique! » ou « Est-ce que c’est ça, un sciatique? ». Comme nous vous l’avons déjà mentionné, bien que la sciatalgie soit fortement commune, tout mal de dos n’est pas nécessairement une de ces manifestations. Montons d’un cran et grimpons à l’échelon supérieur, c’est-à-dire de L4-L5-S1 et leur nerf sciatique à L2-L3-L4 et leur nerf crural. Sortons la cruralgie de l’ombre de son populaire voisin du dessous.

Description et symptômes

La cruralgie se définit simplement par une compression du nerf crural, maintenant nerf fémoral dans la nouvelle nomenclature. La manifestation des symptômes demeure la même que toute névralgie, c’est-à-dire une possibilité de douleur locale au site de compression et une sensibilité, des engourdissements ou un affaiblissement le long du trajet du nerf atteint qui, ici, descend de L2-L3-L4 en éventail vers les hanches pour ensuite migrer vers l’aine et l’antérieur du membre inférieur.

Tout comme la sciatalgie, la cruralgie possède deux sites de compression principaux :

1. La racine nerveuse L3-L4

Comme toute névralgie, la problématique peut commencer directement à la source, ici, L2-L3-L4. Généralement, puisque L3 représente l’apex de la lordose lombaire, les chances sont grandes pour que l’étage plaide coupable et entraine L4 avec elle. Plusieurs conditions peuvent causer la compression, du dérangement intervertébral mineur (DIM) à une hernie discale en passant par un spasme, une sténose et autre.

a. L3 et le diaphragme

Bien que les muscles paravertébraux demeurent champions pour engendrer des problématiques au dos, le diaphragme, avec ses piliers, génère des tensions sur les étages vertébraux impliqués. La respiration, de même qu’un état de stress ou émotif, deviennent donc des pistes d’investigation possibles. L’éventualité est encore plus probable dans les cas d’hyperventilation ou tous mouvements respiratoires importants comme un essoufflement durant un effort physique puisque le petit dentelé postéro-inférieur, muscle de l’expiration forcée, s’insère jusqu’à L3.

b. L3 et la lordose lombaire

Étant donné que le crural se situe dans le creux de la courbure lombaire, l’aspect postural ne doit pas être négligé. Un effort « lordosant » combiné du diaphragme et de l’iliopsoas peut prédisposer L2-L3-L4. De même, le bassin deviendra incontournable à observer puisque sa position en antéversion ou rétroversion influence considérablement, par effet domino, l’accentuation ou l’effacement de la lordose lombaire. Qui dit bassin, dit habituellement hanches… les membres inférieurs comptent donc aussi dans l’équation.

 

 

2. L’iliopsoas

L’iliopsoas est à la cruralgie ce que le pyramidal (piriforme) est à la sciatalgie : un deuxième site de compression horriblement fréquent. En effet, il peut y avoir pincement entre l’iliaque et le psoas, où le nerf fémoral se faufile entre les deux, ou à l’arcade crural, où tous trois sont pris à l’étroit.

a. Iliopsoas et racines nerveuses

Avec ses insertions aux vertèbres lombaires, il demeure possible que l’iliopsoas soit celui qui entraine, par exemple, le DIM pinçant une racine nerveuse comme il a été mentionné plus haut.

 b. Iliopsoas et posture

L’iliopsoas jouant un rôle important quant à notre stabilité en position debout, l’aspect postural demeure, encore une fois, à considérer. De même, puisqu’une action bilatérale de sa part entraine une augmentation de la lordose lombaire, les chances persistent pour qu’il contribue aux cas d’hyperlordoses ou, à l’inverse, il risque d’être plutôt irrité et bougon d’être constamment étiré en présence de dos plats. De plus, la position du bassin aura une influence majeure sur l’état de l’iliopsoas et vice versa.

Comme toute névralgie, la cruralgie conspire à prédisposer les régions le long de son trajet nerveux à manifester des pathologies supplémentaires. Elle peut tout aussi bien être une évolution d’une problématique plus bas et une escale pour les tensions qui remontent. Bien qu’elle évolue selon des lignes similaires à la sciatalgie, la position un peu plus élevée de la cruralgie modifie bien des rapports de force et exige que nous adaptions notre approche en conséquence.

Bon soins!

Consultez la fiche professionnelle de Philippe-Olivier Jasmin

Partager

Vous aimerez aussi...

Les mystères du piriforme

14.sept.2020

Le Taping

26.août.2020

Le massage des pieds

11.août.2020

Philippe-Olivier Jasmin

  Vous reconnaîtrez probablement Philippe-Olivier Jasmin comme un des collaborateurs qui écrit pour le blogue du RMPQ depuis son implantation. Non? Pas de problème! Peut-être comme l’orthothérapeute clinicien aguerri. Celui qui décortique l’anatomie, explore la biomécanique et déniche des tactiques et des approches cliniques efficaces pour ces confrères massothérapeutes? Ou encore, comme le collaborateur pour le blogue de l’AMS et le superviseur-coach d’orthothérapie à leur campus de Montréal? Ou probablement comme celui qui unit des formations de la Chine, de la Colombie-Britannique et des États-Unis à sa formation d’orthothérapeute pour attiser l’étincelle de l’excellence et inspirer ses collègues à être awesome? … … ... Quand il n’est pas en train de masser ou de promouvoir la reconnaissance de la massothérapie par l’éducation, P-O a le nez plongé dans un bouquin, su à exercer sa routine de rame, de callisthénie et de Tai Chi, ou relaxe paisiblement un café à la main. Alors qui est P-O? Un rêveur? Un perfectionniste? Un guerrier pacifiste zen? Pour le découvrir, mets ton casque et viens le rejoindre au front!

Mes articles

Commentaires

  1. Marthe Roy dit :

    Bonjour, j’ai une douleur qui me fait vraiment souffrir. Je viens de lire sur la crurlalgie et je crois que c’est mon probleme. La douleur que j’ai passe dans l’aine et le tendon de l’aine reste bloqué si j’écarte ma jambe le moindrement. Je ne suis pas de votre région mais est ce que tous les massothérapeutes sont formés pour traiter ce problème ? J’ai eu deux infiltrations une à l’extérieur et l’autre à l’intérieur de la hanche et sans résultats….
    merci

  2. Carole dit :

    J’ai subi une chirurgie lombaire L4-L5 gauche en 2005 depuis j’ai quelques problèmes reliés à l’arthrose entre autres. Ma question est que depuis j’ai des problèmes de torsions de cette jambe. On dirait que le nerf raidit et la jambe rentre vers l’intérieur comme si on tirait sur ma jambe. Cela part habituellement à partir du genoux (extérieur), longe en diagonal direction pied (gros orteil) mais la nuit dernière, le tout est parti du dos et j’ai senti le tout descendre le long de ma cuisse puis même trajet qu’habituel. Je suis suivie par un neurologue qui m’affirme que c’est le syndrome des jambes sans repos mais lorsque je lis sur le sujet, je ne me sens pas du tout concernée ou très très peu mais depuis que je prenais du Mirapex, cela avait presque disparu mais là, le tout semble être revenu en force. J’attends d’ailleurs pour revoir mon neurologue car je suis à prendre 0.75 mg de Mirapex et le problème est toujours existant. Ça fonctionne pour quelques temps puis les torsions reviennent en force. Une idée de ce que je pourrais faire ou demander à mon spécialiste concernant précisément cette problématique? Je dois avouer que lorsque cela se présente, c’est quelque peu déstabilisant car je n’ai pas le choix de me lever car impossible de demeurer au lit. Je prends du Tylenol Arthrite lors de ces moments-là et ça finit par se calmer.

  3. Le Réseau dit :

    Bonjour, nous vous invitons à consulter directement un.e thérapeute. Vous trouverez des thérapeutes membres du Réseau en consultant notre répertoire des membres. Merci pour votre intérêt envers nos articles. Bonne journée!

  4. David dit :

    pshankland a répondu à Mme Roy pour un problème qu’elle décrit plus haut. Je me questionne pourquoi il n’a pas clairement fait référence au fait qu’elle doit chercher parmi les membres un orthothérapeute? Si l’on suit l’article du blog, nul autre qu’un othothérapeute est formé pour aller chercher dans tous les angles mentionnés. J’ai beau à croire que nous voulons donner l’opportunité à tous les thérapeutes mais, n’est-ce pas le moment de présenter l’orthothéraphie comme solution thérapeutique? MOST vous dit de quoi?

    Des réflexions…

  5. Agnès GUYONNET dit :

    Bonjour,
    Pour soulager les douleurs de la cruralgie, existe t’il des mouvements..étirements.. ou autre à faire en preventif et en curatif?
    Merci beaucoup

  6. Le Réseau dit :

    Bonjour, nous vous invitons à faire une recherche sur notre répertoire des membres afin de trouver un.e thérapeute près de chez vous. Bonne journée!

  7. Le Réseau dit :

    Bonjour, le Réseau a un devoir de neutralité quant à la promotion de ses membres. Le Réseau permet à ses membres d’afficher leurs disciplines dans leur profil web. Ces disciplines sont des liens cliquables vers des pages informatives de notre site web. Un.e client.e potentiel.le a donc accès à l’information nécessaire pour en apprendre davantage sur la différence entre un massothérapeute, un kinésithérapeute et un orthothérapeute. Bonne journée!

  8. Le Réseau dit :

    Bonjour Mme Roy,
    Nous vous invitons à consulter le répertoire des membres de notre association à l’adresse suivante pour y trouver un thérapeute dans votre région: https://rmpq.ca/repertoire-des-membres/. Chaque thérapeute a son bagage de connaissance et de formation, nous vous suggérons de communiquer directement avec un thérapeute pour savoir s’il peut vous aider à soulager vos douleurs.
    Merci pour votre intérêt envers notre article. Bonne journée!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos articles de blogue par courriel

Je suis massothérapeute