Accès membres et assureurs


Trouver un thérapeute

Affinez votre recherche avec les critères ci-dessous :

Heures d'affaires

Lundi L
Mardi M
Mercredi M
Jeudi J
Vendredi V
Samedi S
Dimanche D
AM
PM
Soir
    

Blogue

Compensation et adaptation: impacts de la massothérapie

31 octobre 2023  |   écrit par Amélie Gauthier  |

Dans notre milieu, nous avons tous déjà dit ou entendu les termes « compensation » et « adaptation ». Mais savons-nous bien les identifier, les expliquer et les utiliser pour optimiser les objectifs de mieux-être de nos clients ? Voyons ensemble ces réactions du corps sur nos tissus et explorons comment la massothérapie pourrait avoir des impacts sur eux.

La compensation

En se basant sur une des définitions apparaissant dans le dictionnaire Le Robert, la compensation est une « modification de l’organisme permettant d’atténuer ou de supprimer les effets d’une maladie1 ». Sachant que le terme « maladie » désigne une altération ou un trouble de l’organisme2, nous pouvons supposer que la compensation serait une réaction du corps face à un inconfort ou une dysfonction mécanique. La compensation serait donc un mécanisme de protection créé pour soulager une région troublée. Par exemple, une cliente ayant des inconforts à l’épaule droite aurait tendance à modifier ses actions en utilisant davantage son bras gauche afin de diminuer ces sensations. Nous appelons cela un comportement compensatoire.

La compensation est naturellement bénéfique. S’installant instinctivement, une compensation qui est momentanée permet de donner un repos à la région inconfortable. Cependant, en conservant ces comportements compensatoires trop longtemps, par peur de recréer les inconforts, on peut entraîner des adaptations qui créeront peut-être, à leur tour, de nouveaux ressentis désagréables. Nous avons tous eu ce client qui nous informe qu’avant il avait mal à droite, mais que maintenant il a mal à gauche sans comprendre pourquoi. Effectivement, le problème avec le phénomène de compensation c’est que si le corps ne se sort pas de cette protection, il augmente les risques de développer d’autres inconforts.

Comme massothérapeute, nous pouvons faire face à ce type de problématique avec nos clients. Notre rôle est d’optimiser la détente tissulaire par différentes techniques liées au musculosquelettique, comme le massage suédois, pour soulager les inconforts présents. Les manœuvres de fasciathérapie peuvent aussi être un bel outil de travail afin d’aider le client à se défaire de leurs mécanismes de protection. Une autre avenue fort pertinente est le travail de mobilité articulaire. Les manœuvres de mobilité peuvent aider le corps à conserver ou retrouver des mouvements plus optimaux pendant quelque temps. La collaboration avec un physiothérapeute est finalement un très grand atout, car il proposera au client des exercices pour diminuer les inconforts et retrouver une mobilité durable dans le temps.

Ce qui est important à retenir sur la compensation c’est surtout qu’elle est un phénomène naturel qui s’installe pour protéger une région troublée, qu’elle est pertinente voire nécessaire à court terme, mais qu’elle peut amener d’autres inconforts à long terme. De notre côté, nous pouvons aider notre client dans ses objectifs de mieux-être par notre travail en détente tissulaire et en mobilité articulaire.

Un homme se fait masser une épaule sur une table de massothérapie

L’adaptation

Toujours basée sur Le Robert, une des définitions de l’adaptation se traduit par « l’aptitude (d’un individu) à modifier son comportement pour répondre à de nouvelles situations3 ». Ce que nous pouvons en comprendre, c’est que si les comportements compensatoires persistent, l’environnement tissulaire n’aura pas d’autre choix que de s’adapter en changeant de forme ou de densité. Reprenons l’exemple de la cliente qui a des inconforts à l’épaule droite. En minimisant les mouvements de son bras ou en modifiant sa manière de le bouger, la région tissulaire va changer ces composantes pour aider le client à rester fonctionnel à l’aide de nouveaux schèmes de mobilité. Si notre client évite de faire une abduction de l’épaule, car cela déclenche des signaux d’inconfort, le corps va tranquillement transformer l’environnement de ce mouvement pour ne plus y retourner ou y aller de manière différente et sans ressenti. Nous avons tous l’image de cette cliente qui nous mentionne ne plus être en mesure d’attacher ses cheveux, car un bras ne lève plus, mais pourtant, il ne lui fait pas mal.

L’adaptation est essentielle à l’équilibre du corps humain. Cependant, en s’adaptant, le corps peut contraindre la liberté d’un environnement par rapport à un autre et créer, tout comme la compensation, de nouveaux inconforts ou des restrictions. Dans le cas de notre cliente qui ne peut plus faire son abduction complète de l’épaule, nous pouvons comprendre qu’à force de ne plus bouger son épaule dans ce plan, le corps a uniquement stabilisé l’environnement. Il a adapté ces composantes tissulaires pour s’assurer de ne plus retourner là où ça fait mal, même si l’inconfort n’est plus présent.

Comme le corps humain est une merveilleuse machine en perpétuelle adaptation, notre champ d’action peut peut-être, directement ou indirectement, avoir des impacts sur les composantes tissulaires. Ce fût démontré à quelques reprises que le fait d’appliquer une pression sur la peau peut engendrer des impacts sous la peau. Nous pouvons penser au travail de recherche4 que le docteur Jean-Claude Guimberteau a fait à ce sujet. Il a démontré, via des captations de vidéos in vivo (à l’intérieur d’un corps vivant), que le corps cherchait constamment à s’adapter selon les contraintes qui lui étaient imposées. Pour en savoir davantage sur ces avancements, son livre L’Architecture du corps humain5 est un excellent ouvrage de référence.

Sachant cela, nous pouvons considérer la massothérapie comme un allié de taille dans la libération des adaptations tissulaires. Peu importe la technique de massage employée, nous suggérons une contrainte au corps pour l’amener à se défaire de cette adaptation. Ce qui veut dire que si notre cliente n’est plus en mesure de lever son bras, il est possible qu’en massant les régions qui sont contraignantes, nous soyons en mesure de diminuer ce blocage en libérant les tissus. Évidemment que tout cela reste un travail de court terme, car le corps a tendance à retourner dans ces zones qu’il juge confortables. En demandant au client de s’impliquer quotidiennement dans son processus de mieux-être par l’automassage, nous pouvons espérer avoir un effet de plus en plus bénéfique et de plus longue durée.

Massothérapeute exécute un soin de massage sur chaise

Compensation et adaptation : un travail d’équipe

Au terme de ces explications, il est plausible de prétendre que la compensation et l’adaptation collaborent continuellement ensemble. Donc, lorsque nous planifions notre séquence de massage pour ce type de problématique, nous devons garder ces deux composantes en tête et les travailler de concert. Comme mentionné précédemment, nos techniques de massage plus traditionnelles nous aideront à réchauffer et détendre les tissus. L’utilisation de la chaleur et du vibromasseur pourront aussi contribuer à ce relâchement. Du moment que les tissus seront plus souples, nos différentes manœuvres de mobilité articulaire, de myofascial ou de conscientisation posturale pourront à leur tour jouer leur rôle. Peu importe notre approche, le client sera l’unique maître de sa destinée, car ce sera à lui de conserver notre travail rendu à la maison par les suggestions d’automassage et d’étirements que nous lui aurons proposé.

 

Publicité

[1] Compensation. (s.d.). Dans LeRobert Dico en ligne. https://dictionnaire.lerobert.com/definition/compensation
[2] Maladie. (s.d.). Dans LeRobert Dico en ligne. https://dictionnaire.lerobert.com/definition/maladie
[3] Adaptation. (s.d.). Dans LeRobert Dico en ligne. https://dictionnaire.lerobert.com/definition/adaptation
[4] Fascia in motion & Living tensegrity. (s.d.). Dr Jean Claude Guimberteau. https://fasciainmotioncongress.com/intervenants/guimberteau-jean-claude/
[5] Guimberteau,J-C., Armstrong, C. (2021). L’Architecture du corps humain vivant N. Éd. Éditions Sully.

 

Vous aimerez aussi...

Massothérapie et vécus traumatiques en lien avec les abus sexuels

Comment la pratique d’un sport peut changer ta musculature?

Les métiers de la construction et la massothérapie

Amélie Gauthier

Ayant cheminée dans le domaine des arts de la danse durant toute son enfance ainsi que sa jeune vie d’adulte et après avoir dirigé sa propre entreprise durant plus de 15 ans, Amélie fait un bond dans la santé physique. Désirant développer de nouveaux intérêts, elle se découvre un désir d'aider les gens dans leur santé et leur mieux-être.  Elle commence alors à suivre différentes formations en lien avec l'entraînement physique jusqu’au jour où elle décide de s’inscrire, sans trop d’attente, à un cours en massothérapie.  Son désir d’aider prend alors tout son sens et devient une véritable raison de vivre.  À l’affût de nouvelles connaissances depuis, elle s’accomplit tous les jours dans ce domaine où le mieux-être est mis de l’avant.  Sa soif d'apprendre et de développer de nouvelles compétences, autant en massothérapie qu’en entraînement physique, lui permet d’être aujourd’hui, une thérapeute sachant allier détente et travail musculaire pour une clientèle active.

Mes articles

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos articles de blogue par courriel