Accès membres et assureurs

Trouver un thérapeute

Recherche avancée

  • Massothérapie
  • Kinésithérapeute
  • Orthothérapeute
  • Naturothérapeute

Heures d'affaires

Lundi L
Mardi M
Mercredi M
Jeudi J
Vendredi V
Samedi S
Dimanche D
AM
PM
Soir
    
  • 0

Blogue

Approche de l’asthme en contexte de massothérapie

23 septembre 2020  |   écrit par Catherine Drouin  |

Partager

Avec plus de 3 millions de personnes asthmatiques au Canada, vous risquez fort probablement de rencontrer plusieurs personnes atteintes dans le cadre de votre pratique de la massothérapie. Bien qu’il s’agit d’une maladie chronique pour laquelle il n’existe pas de traitement curatif, il existe toutefois une multitude de façons de bien la contrôler soit de manière médicale ou en adaptant son mode de vie et son environnement à cette réalité. Dans un premier temps, nous verrons comment en tant que massothérapeute, vous pouvez adapter votre pratique afin de protéger vos clients asthmatiques et dans un deuxième temps, nous verrons concrètement comment la massothérapie pourrait aider les personnes asthmatiques à mieux vivre avec cette maladie. Mais avant tout, il est important de comprendre quelques notions de base au sujet de l’asthme.

massothérapie et asthme

Définition, symptômes et mécanismes impliqués

L’asthme est une maladie inflammatoire chronique des voies respiratoires. Les bronches enflammées qui se contractent (bronchoconstriction) combinées à la surproduction de mucus empêchent le passage normal de l’air. Bien qu’elle puisse se présenter différemment chez les personnes atteintes, les symptômes habituels sont de l’essoufflement, une respiration sifflante, de la toux, une augmentation de la production de mucus ou encore de l’oppression thoracique. L’asthme peut se manifester par des crises où les symptômes sont subitement aggravés et nécessitent une prise en charge médicale rapide. Il n’existe à ce jour aucun traitement permettant de guérir la maladie. Toutefois, elle peut être bien contrôlée par divers médicaments comme les pompes à corticoïdes ou les médicaments bronchodilatateurs notamment. Toutefois, une grande partie des asthmatiques, 65 % selon l’Association pulmonaire du Québec, ressent des symptômes assez importants pour leur empêcher de faire de l’exercice physique.

Facteurs déclencheurs

Le type d’asthme le plus fréquent est l’asthme allergique (dans 80% des cas). On parle autant des allergies alimentaires que les allergies au pollen, aux acariens, aux poils d’animaux ou aux moisissures par exemple. D’autres irritants peuvent être impliqués dans le déclenchement ou l’aggravation de l’asthme comme le tabagisme, la fumée secondaire, certains produits forts entrant dans la composition des cosmétiques, des nettoyants pour la maison, des peintures, des solvants, la pollution, etc. Des facteurs inflammatoires peuvent également être en cause : infections respiratoires (rhume, grippe, sinusite, etc.), inflammation due à une allergie ou autres. Finalement, on parle parfois d’asthme déclenché ou aggravé par l’exercice physique (asthme à l’effort). L’asthme peut aussi être déclenché par certaines variations de température, l’air froid ou humide, de même que les émotions fortes ou encore le stress.

Adapter sa pratique à la clientèle asthmatique - Blogue du Réseau

Adapter sa pratique à la clientèle asthmatique

Avant toute chose, encouragez vos clients à apporter leurs médicaments s’ils en ont besoin sur une base régulière, sachez reconnaître les signes et les symptômes de l’asthme et référez vos clients chez le médecin en cas de besoin. Tel que nous l’avons vu plus haut, il existe une panoplie d’éléments déclencheurs de l’asthme. En tant que massothérapeute, votre rôle premier sera de vous assurer de contrôler l’environnement dans lequel vous recevrez vos clients. Comme il n’est pas toujours possible de connaître l’historique de santé de vos clients avant de leur avoir fait remplir un questionnaire  de santé détaillé, considérez que tous vos clients le sont ainsi vous ne risquez pas d’avoir à gérer une crise d’asthme une fois votre client sur place. Ainsi, assurez-vous de laver vos draps idéalement avec des produits doux et hypoallergènes et choisissez de préférence des draps peu pelucheux. Si vous avez des animaux de compagnie à la maison, portez une grande attention sur l’hygiène de vos produits de massothérapie. De même que si vous pratiquez à la maison, il est de votre devoir d’aviser vos clients de la présence d’un animal lors de la prise de rendez-vous. Même sans la présence d’un animal sur place, les personnes fortement allergiques peuvent toutefois réagir au contact de quelques poils dans les fibres des tissus. Pour ce qui est des produits d’ambiance, évitez-les autant que possible. Si vous tenez à diffuser des huiles ou parfums, dirigez-vous vers des produits naturels et doux et, idéalement, demandez à votre client s’il souhaite profiter d’une diffusion d’huiles essentielles. Certaines personnes peuvent y ¸être sensibles, même si les huiles essentielles sont entièrement naturelles. La prudence est de mise également concernant le choix de vos produits de soin (huiles, crèmes, baumes). Préférez toujours les produits les plus doux, neutres et composés d’ingrédients simples et évitez ceux qui contiennent les allergènes les plus répandus (noix ou soja par exemple). Au besoin vous pourrez ajouter des huiles essentielles à votre huile à massage avec les clients qui les tolèrent. Du côté de votre espace, gardez votre salle de massothérapie propre tout en évitant de passer le balai avant le soin d’un ou une asthmatique, car cela fait lever la poussière et pourrait donc constituer un irritant. Évitez évidemment tout ce qui est fleurs, herbes ou graminées en guise de décoration, car beaucoup de gens y sont allergiques. Finalement, gardez votre pièce à un taux d’humidité idéal, ce qui se situe autour de 30% et fermez les fenêtres s’il y a des courants d’air froid.

La massothérapie pour mieux vivre avec l’asthme - Blogue du Réseau

La massothérapie pour mieux vivre avec l’asthme

La massothérapie ne peut certes pas guérir ni prévenir l’asthme, mais elle peut grandement contribuer à améliorer la qualité de vie des asthmatiques. En partant du principe que l’asthme se caractérise par une difficulté respiratoire, agir sur les muscles et structures impliqués dans la respiration peut s’avérer très intéressant. Les muscles associés au processus respiratoire sont le diaphragme, les abdominaux, les intercostaux, les scalènes, le sterno-cléido-occipitaux-mastoïodiens (SCOM), les pectoraux, l’élévateur des côtes et le subclavier. Ces muscles peuvent devenir hypertoniques au fil du temps à force de compenser une respiration difficile. De plus, si la mécanique des principaux muscles respiratoires (diaphragme et intercostaux) n’est pas optimale, ce sont les muscles accessoires qui vont probablement compenser davantage. De plus, il arrive souvent que les personnes asthmatiques respirent davantage avec le haut du corps plutôt qu’avec  l’abdomen (respiration abdominale), ce qui rend les scalènes, les pectoraux et le SCOM plus actifs. Pour comprendre les mécanismes de la respiration normale, vous pouvez aller lire l’article du Réseau à ce sujet. En soulageant ces muscles, on peut aider à relâcher les tensions liées aux conséquences de la respiration difficile des asthmatiques. Certaines techniques spécifiques peuvent également être très intéressantes comme celles qui visent à dégager le diaphragme, ouvrir la cage thoracique et favoriser la bonne mobilité des côtes. De plus, le massage peut améliorer la posture, parfois cyphosée des personnes asthmatiques en plus de permettre de diminuer les effets du stress sur le corps, qui peut lui aussi être un élément déclencheur de l’asthme. Finalement, évitez les techniques qui provoqueront un sentiment de suffocation chez la personne (pression sur la cage thoracique par exemple). En cas de doute, assurez-vous toujours que la personne soit confortable en tout temps.

Références :

Partager

Vous aimerez aussi...

Soulager les symptômes d’endométriose grâce à la massothérapie

15.fév.2021

La massothérapie et la maladie de Parkinson

05.nov.2020

La relation d’aide en massothérapie

14.oct.2020

Catherine Drouin

Passionnée de voyages, c’est au retour d’un long voyage transformateur en Inde en 2010 que Catherine s’est intuitivement inscrite à un programme de massothérapie. Ses expériences d’aide humanitaire lui avaient permis de confirmer son intérêt grandissant envers la relation d’aide. Multipassionnée et toujours dans l'intention d'améliorer son bien-être et celui de ses clients, elle entame une formation de naturopathie en 2014. Par la suite, elle se spécialise en santé de la femme suite à des difficultés personnelles dans ce domaine. À son cursus s'ajoutent aujourd'hui plusieurs autres formations notamment dans le domaine de l'herboristerie, la technique Arvigo® de massage abdominal Maya, la relation d'aide et la méditation pleine conscience. Sa passion est contagieuse et sa pratique est fondée sur l'écoute bienveillante, le respect ainsi que le désir d'aider les femmes à mieux se connaître et à reprendre les rênes de leur santé. www.lasanteacoeur.com

Mes articles

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos articles de blogue par courriel

Je suis massothérapeute