Accès membres et assureurs

Trouver un thérapeute

Recherche avancée

  • Massothérapie
  • Kinésithérapeute
  • Orthothérapeute
  • Naturothérapeute

Heures d'affaires

Lundi L
Mardi M
Mercredi M
Jeudi J
Vendredi V
Samedi S
Dimanche D
AM
PM
Soir
    

Blogue

Pincer la cervicobrachialgie

5 juillet 2013  |   écrit par Philippe-Olivier Jasmin  |

Partager

La cervicobrachialgie est une pathologie qui agit comme un agent provocateur. Furtive et couarde, elle s’implante discrètement pour ensuite créer de nombreuses distractions et ainsi éviter qu’on lui porte attention.

Le cou d’un client le fait souffrir quelques jours, mais la douleur s’atténue. Il ne s’en fait pas, le mal est passé. Même si cette douleur revient, elle n’est souvent que passagère. Le client se dit que ça ne doit pas être si grave que ça. Et sans avertissement, le bras devient problématique et cesse de coopérer. Le client vient alors nous consulter pour une épicondylite ou une pathologie d’épaule. Pendant ce temps, la cervicobrachialgie est morte de rire et conspire davantage.

Les symptômes de la cervicobrachialgie

La cervicobrachialgie est une névralgie du plexus brachial, c’est-à-dire qu’une racine nerveuse est compressée ou irritée entre les vertèbres C5 et D1.

Comme toutes pathologies cervicales, il peut y avoir présence de céphalées, d’étourdissements ou de nausées.

Puisque l’influx nerveux peut être irrégulier, toute névralgie est généralement accompagnée d’une sensation de perte de force, d’engourdissements, de picotements ou de fourmillements le long du nerf atteint. Ici, elle sabote un membre supérieur. Fréquemment, une douleur référée apparait sur le côté de l’épaule dans la zone du trochin et du trochiter, à l’épicondyle ou à l’épitrochlée et au tunnel carpien.

Un symptôme important de la cervicobrachialgie est que la mobilité du membre supérieur demeure habituellement intacte malgré la douleur.

Les causes locales

Pour la cervicobrachialgie, la cause locale peut être un dérangement intervertébral mineur (DIM) habituellement à C4-C5 ou C7-D1. La première cause d’un DIM étant une forte tension musculaire, nous avons deux principaux suspects : les paravertébraux (surtout splénius, complexus et long dorsal) ou les scalènes. Lorsque ce dernier est atteint, il convient de vérifier son partenaire de crime, le petit dentelé postéro-supérieur, champion pour amener des tensions sur la charnière C7-D1. Qui dit scalènes et petit dentelé postéro-supérieur dit mauvaise respiration. Un état émotif, le stress et la psychosomatique deviennent alors des avenues à investiguer.

 

 

Les causes posturales

Puisque le terrain de jeu de la cervicobrachialgie débute au niveau vertébral, les courbes du rachis demeurent importantes. Une hypercyphose dorsale, une hyperlordose cervicale ou, à l’inverse, un dos droit peuvent amener un stress supplémentaire dans la région.

De plus, il est possible qu’une tête en protraction soit la coupable. Non seulement celle-ci bloque fréquemment C2-C3 pour entrainer une névralgie d’Arnold, mais la sollicitation excessive de la chaine postérieure cervicale peut causer des blocages plus bas au niveau du plexus brachial. Généralement, la translation vers l’avant est également accompagnée d’une rotation interne des têtes humérales. En plus de faire vouter le dos, elles tirent les omoplates vers l’extérieur. Alors que le rhomboïde joue au souque à la corde, ses attaches supérieures produisent un stress additionnel  à C7-D1. Et comme beaucoup d’émotions peuvent s’accumuler au niveau des épaules, notre précédent trio n’est pas à écarter.

Rappelons-nous qu’une pathologie est la rencontre entre une prédisposition et une opportunité. De ce fait, la cervicobrachialgie excelle dans la mise en place de prédispositions. Elle mine le terrain et sabote les plans. Le meilleur conseil est de la déceler rapidement pour l’empêcher de manigancer avec impunité.

Bons soins!

Consultez la fiche professionnelle de Philippe-Olivier Jasmin

Partager

Vous aimerez aussi...

Comment trouver le parfait massothérapeute pour vous ?

15.juin.2020

Vaincre la léthargie de la fatigue musculaire

12.mai.2020

La fatigue et la massothérapie

28.fév.2020

Philippe-Olivier Jasmin

  Vous reconnaîtrez probablement Philippe-Olivier Jasmin comme un des collaborateurs qui écrit pour le blogue du RMPQ depuis son implantation. Non? Pas de problème! Peut-être comme l’orthothérapeute clinicien aguerri. Celui qui décortique l’anatomie, explore la biomécanique et déniche des tactiques et des approches cliniques efficaces pour ces confrères massothérapeutes? Ou encore, comme le collaborateur pour le blogue de l’AMS et le superviseur-coach d’orthothérapie à leur campus de Montréal? Ou probablement comme celui qui unit des formations de la Chine, de la Colombie-Britannique et des États-Unis à sa formation d’orthothérapeute pour attiser l’étincelle de l’excellence et inspirer ses collègues à être awesome? … … ... Quand il n’est pas en train de masser ou de promouvoir la reconnaissance de la massothérapie par l’éducation, P-O a le nez plongé dans un bouquin, su à exercer sa routine de rame, de callisthénie et de Tai Chi, ou relaxe paisiblement un café à la main. Alors qui est P-O? Un rêveur? Un perfectionniste? Un guerrier pacifiste zen? Pour le découvrir, mets ton casque et viens le rejoindre au front!

Mes articles

Commentaires

  1. pierrette boucher dit :

    j’aimerais savoir si c,est dangereux ,et si la personne peut paralisé. si il ‘y a d’autre traitements que vous connaissez .Moi je suis massothérapeute , je rencontre souvent des personnes qui ont des douleurs au cou et leur douleur radies jusqu’au épaule gauche ou droite .Je dégage en massage le cou en le massant au niveau des intercostaux des vertebres cervicals et je masse aussi autour des interscostaux des vertebres dorsals de la C7 et DI ,et des vertebres D2,D3,D4,D5 pour amélioré le flux sanguin .Ensuite je continue mon massage en massant les rhomboides ,les trapezes ,omoplates etc Cher Monsieur .je suis très intéressé a ce que vous avez écrit sur le cervicbrachialgie.j’aimerais en s’avoir plus sur la documentation

  2. Philippe-Olivier Jasmin dit :

    Dangereuse? Dans sa forme la plus commune (causée par un DIM), les effets sont généralement traitables et réversibles. Si le traitement est pratiqué tel que vous l’avez appris à l’école, incluant une bonne évaluation du client, les risques sont minimes et équivalents à n’importe qu’elle autre pathologie inflammatoire/posturale. Il s’agit d’une tout autre paire de manches si la cause est de nature dégénérative comme une hernie discale ou, dans le cas de la cervicobrachialgie, une spondylolyse cervicale par ostéoarthrite (arthrose). Néanmoins, la plus grande menace réside en sa capacité à prédisposer le corps à d’autres pathologies inflammatoires/posturales.

    Paralysie? Théoriquement possible, mais de nombreux symptômes devraient la précéder et elle devrait être présente que dans les cas très extrêmes. Les chances sont suffisamment faibles pour que je n’y mette pas mon argent.

    Traitements? N’importe quelle thérapie manuelle devrait amplement en venir à bout, que vous restez en massothérapie/kinésithérapie/orthothérapie ou que vous allez vers l’ostéopathie, la physiothérapie ou la chiropractie. J’ai déjà eu des discussions avec des acuponcteurs et il paraitrait qu’ils obtiennent de bons résultats, mais je n’ai pu confirmer.

    Viser un relâchement de la région, de même que de s’assurer du bon fonctionnement des épaules et du dorsal est une excellente approche de traitement. Keep up the good work!

  3. André Guérin dit :

    Bonjour! monsieur Jasmin 25 juillet 2013
    merci poue la belle documentation cervicobrachialgie ,capsulite, tendinite,

    Je vous serai grandement reconnaissant que vous m’expédiez les exercices(avec photos si possible) recommandée
    ou une recommandation d’un livre d’exercice sur le sujet
    Merci de votre collaboration

    André Guérin
    Masspthérapeute

  4. Mon Réseau Plus dit :

    Bonjour Monsieur Guérin,

    Nous vous recommandons de consulter un des livres de Bob Anderson sur le stretching, soit «Stretching» (plusieurs éditions dont une en 2010) ou encore «Le stretching pour être et rester en forme» (2001). Ils contiennent des exercices ciblés selon les situations ou les activités.

    Pour suggérer des exercices à vos clients, vous trouverez dans la boutique de Mon Réseau Plus des tablettes d’exercices ciblés: épaule, lombaire, cervicale et une tablette d’exercices multiples (hanche, genou, main et poignet, cheville et pied).

    Il existe également des applications de suggestion d’exercices pour tablettes et téléphones intelligents. Nous ne les avons pas testés à l’Association, mais nous savons que certains thérapeutes les utilisent et les apprécient. Vous en trouverez sur la boutique iTunes par exemple.

    Merci de votre commentaire!

  5. Sadi dit :

    Qu’ elles sont les remèdes
    Il y a t il des spécialistes ?

  6. Ubald Turcotte dit :

    Je présente fréquemment une douleur aigue tel un « choc » électrique a partir de l’épaule droite vers le coude droit et l’impression que cette douleur soudaine aigue apparait comme a l’extérieur du bras lui-même et je suis certain qu’elle appartient a une sortie cervicale ….Nerf rachidien coincé ? ? ? Augmentée par temps humide ….Merci de me répondre selon vos expertises .

  7. Le Réseau dit :

    Bonjour, nous vous invitons à consulter directement un.e thérapeute. Vous trouverez des thérapeutes membres du Réseau en consultant notre répertoire des membres. Merci pour votre intérêt envers nos articles. Bonne journée!

  8. Le Réseau dit :

    Bonjour, notre expertise se limite aux manœuvres de massothérapie. Il existe probablement d’autres thérapies manuelles ou d’autres disciplines qui peuvent aider à soulager la cervicobrachialgie. Nous vous suggérons de vous informer auprès de votre médecin ou d’un autre professionnel en thérapie manuelle. Merci et bonne journée!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos articles de blogue par courriel

Je suis massothérapeute