Accès membres et assureurs

Trouver un thérapeute

Recherche avancée

  • Massothérapie
  • Kinésithérapeute
  • Orthothérapeute
  • Naturothérapeute

Heures d'affaires

Lundi L
Mardi M
Mercredi M
Jeudi J
Vendredi V
Samedi S
Dimanche D
AM
PM
Soir
    

Blogue

Ne soyez pas mis à l’écart! (1re partie)

18 juin 2014  |   écrit par Le Réseau   |

Partager

Article de l’American Massage Therapy Association publié dans Massage Therapy Journal le 15 mai 2012. Titre original « Don’t get sidelined ».

La massothérapie est exigeante physiquement. Mais ceci ne signifie en rien que vous ne pouvez pas jouir d’une longue et belle carrière même si vous pratiquez la massothérapie depuis plusieurs années. Découvrez ce que ce groupe d’experts a à dire sur les façons d’optimiser votre condition physique et émotionnelle.

Profession en massothérapie: la condition physique 1 | Blogue du Réseau

Le côté physique

La problématique : ne pas être prêt à faire face aux exigences physiques de la massothérapie

Les risques de sous-estimer les exigences physiques de la massothérapie sont nombreux. Des accidents de travail à l’épuisement professionnel, les massothérapeutes qui ne comprennent pas totalement l’importance de l’autogestion de la santé risquent de souffrir d’une blessure à un moment ou à un autre durant leur carrière.

Même les massothérapeutes qui ont l’habitude d’autogérer leur santé ne peuvent garantir qu’ils ne seront jamais confrontés à une blessure. « La meilleure approche pour un massothérapeute est d’être dans la meilleure forme possible pour pratiquer cette profession incroyablement physique », affirme Sandra K. Anderson. « L’équipement le plus important pour un massothérapeute est son
propre corps. »

Une nutrition et une alimentation adéquate - Blogue du Réseau

Prévention et protection :

Voici quelques suggestions pour vous aider à faire face aux exigences physiques de la profession de massothérapeute.

Une nutrition et une alimentation adéquate. Selon Anderson, un programme de trois ou quatre séances par jour équivaut à quelqu’un qui fait de l’exercice de manière modérée. « Ainsi, la consommation d’eau quotidienne devrait être passablement semblable », explique-t-elle. « Une manière simple de calculer la quantité en millilitres d’eau dont vous avez besoin quotidiennement est de multiplier votre poids en livres par 20. » Les massothérapeutes devraient compléter leur alimentation équilibrée par de l’exercice régulier.

Dormir suffisamment. « Un sommeil profond et réparateur vous permet d’obtenir une perspective plus équilibrée », dit Anderson. « Le sommeil est également important au niveau cellulaire et physique, puisqu’il permet au corps de se rétablir et de se régénérer. »

Prendre une pause. Vous passez beaucoup de temps à traiter les besoins de vos clients, mais il est tout aussi important de ne pas oublier les vôtres. « L’objectif d’une pause est de reprendre des forces », affirme Anderson. Les massothérapeutes ont besoin de consacrer du temps à des passe-temps qu’ils aiment en dehors de la profession de la massothérapie afin que leur corps et leur esprit aient le temps de se revigorer.

Massothérapeutes problématique articulation - Blogue du Réseau

Les mains et les bras

La problématique : l’articulation par emboîtement réciproque du pouce

« Les massothérapeutes se blessent souvent à l’articulation par emboîtement réciproque du pouce[1] à la suite d’une combinaison de sur-utilisation et d’une mauvaise mécanique corporelle », explique Joseph Muscolino. « L’erreur la plus commune au niveau de la mécanique corporelle est celle où les thérapeutes appliquent une force de tension à cette articulation en travaillant en angle par rapport à la ligne de force qui traverse leur avant-bras. »

Voyez la chose de cette manière : lorsque vous travaillez sur un client, tracez une ligne droite imaginaire descendant de votre avant-bras, et regardez si votre pouce est en position parallèle à cette ligne. Si la réponse est non, soyez conscients que la force de tension sur l’articulation augmente avec chaque degré d’écart.

Prévention et protection :

« La première solution pour empêcher une blessure à l’articulation par emboîtement réciproque du pouce est d’apprendre à aligner le pouce avec votre avant-bras, conseille Muscolino. « La deuxième solution consiste à le soutenir avec votre autre pouce lorsque possible, au moins lorsque vous effectuez un travail en profondeur. »

Souvenez-vous également qu’une bonne mécanique corporelle sert à minimiser le stress physique fait au corps et non à l’éliminer complètement. Envisagez la possibilité de moins utiliser votre pouce lorsque vous faites de la massothérapie. « Je vous recommande d’apprendre à utiliser votre pouce seulement lorsque nécessaire », dit Muscolino. « Par exemple, lorsque vous travaillez la région du cou sur un client couché sur le ventre. »

Massothérapeute blessure, ténosynovite - Blogue du Réseau

La problématique : ténosynovite 

« Cette condition implique des adhérences qui se développent entre un tendon et ses gaines séreuses péritendineuses », explique Whitney Lowe. « Chez les massothérapeutes, ceci se produit près de la base du pouce et on y réfère habituellement comme étant une ténosynovite de De Quervain. »

Comme une multitude de blessures qui peuvent mettre les massothérapeutes sur la touche, cette condition est causée par une sur-utilisation, ou dans ce cas, par une utilisation excessive des tendons du pouce. « Les mouvements du pouce, des doigts et de la main représentent une partie essentielle de presque toutes les techniques de massage », affirme Lowe. « C’est pourquoi, lorsque vous souffrez d’une condition douloureuse comme la ténosynovite, votre capacité à utiliser vos mains et vos doigts à leur maximum diminue. »

Prévention et protection : 

Lowe, comme Anderson, met l’emphase sur la nécessité que les massothérapeutes conditionnent adéquatement leur corps aux exigences physiques de la massothérapie. « La façon la plus efficace de prévenir une ténosynovite est un conditionnement physique adéquat », dit-il. « Faire sur une base régulière des étirements des tendons affectés après chaque séance de massothérapie sera utile. »

De plus, Lowe suggère aux praticiens de faire un auto-massage des tendons affectés afin de réduire toutes adhérences qui pourraient se développer entre les tendons et leur gaine, diminuant de manière importante l’incidence de cette condition.


[1]Note du traducteur: il s’agit de l’articulation trapézo-métacarpienne du pouce, aussi appelée carpo-métacarpienne commune (CMC) du pouce.

 

Partager

Vous aimerez aussi...

Les mystères du piriforme

14.sept.2020

Le Taping

26.août.2020

Le massage des pieds

11.août.2020

Le Réseau

Mes articles

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos articles de blogue par courriel

Je suis massothérapeute